Prostitution: des clients se mettent à nu

15 mars 2020

prostitution, clients

«Ces travailleuses du sexe sont pour moi des femmes-trophées. Je les choisis belles et bien entretenues pour attirer les regards.» Serge est un aficionado du sexe tarifé. Comme lui, nombreux sont les hommes à solliciter les services de prostituées. La raison derrière ce choix diverge selon les clients. Ils ont chacun un mode de fonctionnement et chacun une préférence en matière de femme.

Gregory, la quarantaine, confie que durant sa jeunesse, il a déjà eu affaire à une prostituée qui lui a laissé un chagrin damour. «J’étais jeune, naïf et mal dans ma peau. Aucune fille ne s’intéressait à moi. Celle dont je préfère ne pas citer le nom m’a beaucoup appris en matière de sexualité. Elle était ma première fois», conte nostalgiqueGregory. Cette jeune fille était dorigine malgache, mais parlait parfaitement le kreol. Gregory se souvient dans les moindres détails de la première fois quil a croisé son regard. «Elle portait une sublime robe tape à l’œil avec des chaussures à talons hauts. Elle avait un grain de beauté près du nez. Ces cheveux étaient très courts. Elle était assise au bar et me déshabillait du regard», avance-t-il.

Au départ, Gregory pensait que c’était une jeune fille qui voulait juste faire sa connaissance. Cest après de longues minutes de discussion quil comprend que c’est une travailleuse du sexe. Réticent à cause de toutes les rumeurs quil entendait sur les prostitués, il a, dans un premier temps, refusé la proposition de la jeune femme. Il avance quaprès lavoir repoussée, il a essayé de séduire dautres filles, en vain.

«On s’est revus plusieurs fois pour Rs 1500»

«Après avoir été éconduit de nombreuses fois, je suis sortie tout triste fumer une cigarette. C’est là que la jeune Malgache s’est approchée de moi. Elle m’a consolé en utilisant des mots tendres et affectueux et c’est comme ça que je me suis laissé tenter», confie Gregory. Ces quelques minutes de plaisir, Gregory ne les oubliera jamais. Il déclare que c’était sa première relation sexuelle avec une femme. «J’étais tout paniqué, je ne savais pas quoi faire. J’avais du mal à la regarder en face. Elle a compris que je n’étais pas expérimenté et a pris le contrôle. Ça c’est passé tellement vite, en quelques minutes, c’était fini. J’étais content et satisfait. Je présume que c’était le cas pour elle aussi étant donné qu’on s’est revus plusieurs fois pour Rs 1500», souligne-t-il.

Comment toute cette histoire sest-elle terminée ? «Je suis tombé amoureux  d’elle. Je lui ai proposé de changer de vie et de se marier avec moi. Mais elle m’a repoussé en disant que j’étais trop bien pour elle. Que je méritais une fille de bonne famille et elle est partie. Elle a changé de numéro de téléphone et depuis je ne l’ai pas revue», raconte tristement Gregory.  Même si aujourdhui Gregory est marié et père de famille, il avoue navoir jamais oublié cette jeune femme qui lui a fait vivre les plus beaux instants de sa vie.

Pour Serge qui est Réunionnais, les sentiments nont pas de place dans ce genre de relation. Il avance que pour lui, les travailleuses du sexe ne sont que du bonus pour passer de bonnes vacances. Il dit solliciter leur service à chaque fois quil pose les pieds sur le sol mauricien. Il avoue que son choix est très spécifique; grande, svelte, avec des cheveux bouclés et bien cultivée.

«Je ne veux pas perdre ma famille,
mais j’aime m’amuser
»

Comment s’y prend-il pour trouver cette perle rare ? Est-ce que cest la même femme ? A cette question Serge reste vague. «Non, ce n’est pas la même femme. Je suis conscient que c’est illégal. Je ne vais sûrement pas  vous donner le nom de mon contact. Mais je peux vous dire qu’il ne m’a jamais déçu !» fait ressortir le trentenaire.

Cet entrepreneur débourse entre Rs 6 000 et Rs 20 000 pour soffrir des femmes. Sil les considère comme de simples objets, alors pourquoi les désire-t-il cultivés ? «Quand je suis en vacances, je rends visite à de nombreux amis mauriciens. Il faut au moins que la femme qui m’accompagne sache comment se tenir correctement. Il faut aussi qu’elle ait de la conversation. Même si certains de mes amis connaissent déjà sa profession, il faut que ceux qui ne savent rien n’y voit que du feu», souligne Serge.

Ressent-il de la honte ? «Non, mais j’ai une femme et des enfants à La Réunion. Je ne veux pas perdre ma famille, mais j’aime m’amuser», souligne Serge.

Andy nous décrit sa première et unique fois avec une prostituée. Il affirme que c’était sa meilleure expérience sexuelle. De plus, il se vante de navoir rien payé parce que la jeune fille dorigine seychelloise était plus que satisfaite de sa performance. 

«Connaître cette sensation de danger…»

Mais quest-ce qui pousse un homme à solliciter les services d’une prostituée ? Gregory évoque le réconfort que cela lui apporte. «Dans mon cas, c’était plus pour me sentir homme. Lorsqu’on est constamment rejeté, la chaleur d’une femme, même si on doit payer pour l’obtenir, est réconfortante.»

Quant à Serge, il avance qu’avoir recours aux services d’une prostituée lui permet de vivre de nouvelles expériences. «Il y a des choses que je ne peux pas faire avec ma femme et que je peux faire avec une prostituée», souligne le Réunionnais. Serge affirme quil connaît quelques autres personnes de son cercle damis qui font la même chose que lui. Il parle de lun d’eux comme d’un homme malheureux en mariage qui cherche de lattention auprès de ces femmes. 

«Jai eu recours aux services dune prostituée une seule fois dans ma vie par simple curiosité. Je pense que comme moi beaucoup dhommes se tournent vers les travailleuses du sexe juste connaître cette sensation de danger», fait ressortir Andy. Serge, lexpert de ce genre de service, fait également valoir que cest surtout la perversité qui donne lieu à cet engouement qu’ont les hommes pour les prostituées.

clients | prostitution



Les plus lus

Online typing job: a case of scamming reported to the Cybercrime Unit

Online job is one of the dream jobs of many people given the flexibility and the lucrative salary that come along. Howev...

Covid-19: «Mersi scout, to’nn apran mwa kouma viv ek strik minimum»

«Vivre avec les moyens du bord.» La phrase que l’on vous répète lorsque vous êtes scout. A travers le scoutisme, de nomb...

Ces artistes qui font carrière à l’étranger mais pas à Maurice…

Plus d’opportunités, plus de progression et surtout plus de reconnaissance artistique. Il s'agit là de quelques-unes des...

Christopher Patte, d’origine mauricienne, brille au plus haut niveau

Sa mère, Marie Danielle Patte, est Mauricienne. Christopher Patte a, quant à lui, opté pour la nationalité française. À...

Gaz ménager: découvrez les nouveaux prix des différentes bonbonnes

La baisse du prix des bonbonnes de 12 kilos, 6 kilos et 5 kilos prend effet à partir de ce vendredi 5 mai. Le ministre d...