Handisport: Rosario Marianne et Andorra Asaune toujours hors-piste

21 février 2020

handisport, Rosario Marianne, Andorra Asaune, Visually Handicapped Persons Federation

Rosario Marianne (à g.) n’a pas encore obtenu sa licence pour la saison 2020.

Plébiscités il y a quelques jours lors de la cérémonie des Sports Awards 2019, Rosario Marianne et Andorra Asaune, deux athlètes non-voyants, se retrouvent bien malgré eux en chômage technique. La raison étant que jusqu’à présent, ils sont sans licence et ne peuvent donc participer à aucune compétition, que ce soit sur le plan national ou international. Quant à la fédération, elle reste injoignable, alors qu’au niveau du ministère de la Jeunesse et des sports, on nous explique qu’on ne peut pas s’ingérer dans le fonctionnement des fédérations…

Alors que toutes les licences doivent être renouvelées pour l’ensemble des athlètes au mois de janvier, la Visually Handicapped Persons Federation fait toujours patienter deux de ses athlètes ainsi que leur guide. Ce n’est pas la première fois qu’ils sont confrontés à une telle situation, explique Rosario Marianne. « C’est la troisième année pour moi et la deuxième année pour Andorra qu’on nous fait languir avant de nous remettre notre licence. Pire, la fédération fait la sourde oreille. Nous avons envoyé deux emails, avec tous les stakeholders en copie, en date du 9 janvier et du 20 janvier, mais toujours aucune réponse alors qu’on est presque au mois de mars.»

Les minima pour les Jeux paralympiques 2020

Andorra Asaune vit cette situation pour la deuxième année consécutive. «L’année précédente, nous avions dû avoir recours à l’International Paralympic Committee qui a dû intervenir en notre faveur. Malgré cela, Rosario et moi, nous avons réussi une belle saison sur le tard et nous avons même réalisé les minima pour les Jeux paralympiques 2020. Ce n’est pas du tout le moment de se reposer sur nos lauriers, il nous faut à présent être sur les pistes afin d’aller chercher une qualification pour ce prestigieux évènement», souligne-t-elle.

Nos demandes d’éclaircissements auprès de la Visually Handicapped Persons Federation sont restées vaines. Nous nous sommes alors tournés vers le président du National Paralympic Committee, Krisley Appadoo. Ce dernier indique être en présence des emails. Mais la décision finale quant à l’attribution des licences revient à la fédération uniquement : «J’ai demandé que le nécessaire soit fait afin de ne pas faire traîner ce dossier. Mais la décision finale revient au comité de la fédération.» À la question de savoir pourquoi ce genre de problème est aussi récurant, Krisley Appadoo soutient que ce sont des décisions qui doivent être prises en interne et il ne peut s’en mêler.

Avoir recours à l’Ombudsperson for Sports

Même son de cloche du côté du ministère de la Jeunesse et des sports. Un haut cadre de ce ministère explique que «l’année dernière nous avions dû mettre en place des sessions de pourparlers afin de régler ce problème. Nous ne pouvons pas en faire de même chaque année. Il existe plus d’une quarantaine de fédérations, imaginez-vous si nous devions nous ingérer dans chacun de leurs problèmes». Il estime que ce n’est pas le rôle du ministère ; chaque fédération doit prendre ses responsabilités. «Si les athlètes ne trouvent pas satisfaction, ils peuvent avoir recours à l’Ombudsperson for Sports, voire le tribunal des sports.» Il précise néanmoins qu’il demandera à l’officier en charge des disciplines handisportives d’accélérer le processus.

Andorra Asaune | handisport | Rosario Marianne | Visually Handicapped Persons Federation



Les plus lus

Lioness Stacy: la musique dans les veines

A 23 ans, Lioness Stacy est considérée comme la reine du Dancehall Shatta. Et la soeur de Sky to Be vise encore plus hau...

Plaine-Verte: un agent de sécurité de 54 ans arrêté pour trafic de gandia

Sous surveillance depuis plusieurs semaines, Salim Reza Khodabux a été arrêté à son domicile mardi 7 avril. Neuf sachets...

Confinés, les hommes religieux racontent: «Nous devons prier beaucoup»

Habitués à la vie en communauté avec leurs fidèles, comment les hommes religieux vivent-ils cette situation inédite ? Le...

Climat des affaires : Maurice armé pour attirer plus de capitaux étrangers

La performance remarquable de Maurice dans le dernier classement de la Banque mondiale sur la facilitation des affai...

Une journée avec… Mridula Chooromoney, avocate

Ces journées de travail durent plus de douze heures. Entre visites à ses clients et procès en cour, son emploi du temps...