Youtuber à Maurice, un vrai métier ?

15 mars 2020

YouTube, métier

Raju Birion est un des Youtubers mauriciens qui compte plus de 99 000 abonnées.

Cevin Luchun, Raju Birion, Abhishek Boodhun, Shahen Algoo… Il s’agit de quelques-uns des Youtubers locaux qui ont réussi à se faire un nom dans ce domaine. Mais la question reste posée : sommes-nous prêts, à Maurice, à considérer YouTube comme une option de carrière ? Et peut-on en vivre ?

YouTube est l’une des plateformes médiatiques à la croissance la plus rapide au monde et de nombreuses personnes ont trouvé un moyen d’en vivre à l’étranger, d’où le terme Youtuber. Un Youtuber est quelqu’un qui crée et partage son contenu sous forme de vidéos sur la plateforme, souvent pour se faire de l’argent. Toutefois, fait ressortir Cevin Luchun, le jeune homme derrière la chaîne la plus suivie de l’île Maurice, XORKS TV, «cela implique beaucoup de difficultés et parfois, il faut attendre des années avant d’être rémunéré». Aujourd’hui, sa plateforme cumule plus de 578 000 abonnées et ses vidéos peuvent atteindre jusqu’à dix millions de vues.

Mais cela n’a pas toujours été facile. «Maurice n’est pas inclus dans le programme partenaire YouTube, donc la plupart du temps, les chaînes mauriciennes ne sont pas reconnues et donc pas rémunérées», fait-il comprendre. «J’ai eu de la chance que XORKS TV soit devenue une chaîne internationale avec autant de vues», avance Cevin Luchun. Le fait est que les Mauriciens ne voient pas les Youtubers d’un très bon œil. «Ils sont souvent amers lorsqu’on leur parle de ce qu’on fait», lâche Cevin Luchun. Souvent, la réaction est «enn zafer perdi letan pa enn travay sa».

Source de loisir et de récréation, sans plus

«La clé du succès est l’originalité et la créativité», reconnaît de son côté Raju Birion, comédien local comptant plus de 99 000 abonnées sur YouTube. Bien qu’il soit un des Youtubers locaux les plus reconnus, il affirme qu’il est quasi impossible de rivaliser avec les artistes internationaux. «Il faut avoir un sacré capital, voire dépenser jusqu’à Rs 25 000 sur chaque vidéo», dit-il. 

A Maurice, reconnaît l’habitant de Fond-du-Sac, YouTube est une source de loisir et recréation, ça s’arrête là. Raju Birion déplore le fait que la monétisation soit si difficile à Maurice, car cela aurait pu «encourager la création de contenu chez les jeunes Mauriciens». Toujours est-il que «bien que YouTube ne garantisse pas des perspectives de carrière, cela m’a aidé à me faire un nom à Maurice». Raju Birion a d’ailleurs récemment été approché par la radio locale, NRJ Maurice, pour ses talents de comédien. 

Abhishek Boodhun, propriétaire de Ab Productions, chaîne locale cumulant plus de 89 000 abonnés, explique que YouTube aide à gagner en visibilité, mais ne donne pas grand chose en tant que carrière. «Je ne gagne qu’environ Rs 4 000 mensuellement et ce n’est guère suffisant pour couvrir toutes mes dépenses.» Selon Abhishek Boodhun, la clé de la réussite est la patience. «Nous n’en sommes pas encore au stade où YouTube est considéré comme un métier, mais petit à petit, le travail des Youtubers locaux sera plus apprécié», estime-t-il.

Impératif d’avoir un emploi principal

Pour sa part, Shahen Algoo, producteur exécutif de Wa Man, souligne que «la création de contenu est la partie la plus simple, en vivre est la plus difficile». À ce jour, sa chaîne compte plus de 42 000 abonnés et il dit se faire dans les Rs 5 000 mensuellement. Selon le jeune homme, «il faut avoir un emploi principal avec une sécurité financière pendant au moins un an ou deux avant de pouvoir survivre». En effet les revenus sont basés sur le CPM Google Adsense d’un pays (Cost Per Thousand) et Maurice possède l’un des CPM les plus bas au monde. «La compétition internationale est féroce, il vous faudra être extrêmement unique et divertissant pour réussir», explique Shahen Algoo.

Shahen Algoo affirme qu’il faut des années pour que n’importe quelle chaîne Youtube soit rentable, et bien sûr, c’est encore plus difficile pour Maurice. Il est néanmoins persuadé que «ça reste un travail admiré par les Mauriciens, un dream job que la plupart ne peuvent pas réaliser».

métier | YouTube



Les plus lus

Agressé en direct sur Facebook, Tacha Ti Lamour risque des poursuites

Tacha Ti Lamour, agressé en direct sur Facebook, se serait-il rendu coupable de diffamation ? C’est ce que devra détermi...

A la MBC: l’opération séduction d’Anooj Ramsurrun

Faire table rase du passé et recommencer sur de nouvelles bases. C’est le message qu’a envoyé aux employés Anooj Ramsurr...

Tacha Lamour agressée en direct sur Facebook

Tacha Lamour a été  victime d’une agression par un  groupe d’internautes. Cette affaire aurait pour toile de fond une vi...

Cité Ste-Claire: trois arrestations, du gaz lacrymogène utilisé

Nouvelle arrestation pour Louis John Brant Vivien, 37 ans, le présumé cerveau du trafic de drogue à Cité Ste-Claire, me...

[VIDEO] Musique: Linzy Bacbotte et Elijah chantent l’amour inter-îles

Le Seychellois Elijah réalise l’un de ses rêves en chantant en duo avec Linzy Bacbotte. Leur chanson, «Ou menm sa enn»...