Voici comment vous vivrez le déconfinement…

25 avril 2020

Impact psychologique déconfinement

Après le déconfinement, vivra-t-on dans la paranoïa et verra-t-on flotter le virus partout ?

Tout le monde l’attend avec impatience. Le déconfinement. Tout le monde en a assez d’être confiné entre les quatre murs de sa maison. Mais le retour au monde ne sera pas simple pour tout le monde. En fait, pour la plupart des gens, la liberté retrouvée sera polluée par un sentiment de peur et d’inquiétude.

« C’est presque certain que les gens vont être inquiets. » Une prédiction signée Laurent Baucheron de Boissoudy, psychologue et membre de la Société des professionnels en psychologie (SPP). Avec le déconfinement, on n’aura pas droit à un retour automatique du monde d’avant. Loin de là. Le retour au train-train quotidien prendre son temps, un mois au minimum selon le psychologue. « Au début, les gens vont être frileux et timides à l’idée de sortir à nouveau. Mais ils le feront quand même. » L’homme, après tout, est un animal social. 

Peur objective et peur subjective

Les restaurants et les salles de cinéma ne seront pas noirs  de monde dès les premiers jours. « Les centres commerciaux seront sources d’inquiétude pour les Mauriciens ; certes, ils vont bien finir par y remettre les pieds, mais ce sera progressif. » Même quand les gens recommenceront à mettre les pieds dans les centres commerciaux, ce sera mitigé au départ.

Le même scénario se jouera pour le monde du travail selon Laurent Baucheron de Boissoudy. « Les gens ressentiront l’envie et le besoin de travailler pour gagner leur vie, mais là encore, la peur sera présente. » Cela perdurera tant qu’un vaccin ne sera pas trouvé.

Cette peur elle-est justifiée ? Pour Laurent Baucheron, il y aurait deux sources qui la nourrissent : la source objective (réel) et la source subjective (imaginaire). La raison objective est le risque  réel de contact avec une personne porteuse du virus. La raison subjective est la peur constante de mourir qui sera présente tant qu’un remède ne sera pas trouvé. « Ils auront cette frayeur d’attraper le virus et d’en mourir », alors que la plupart des gens ayant attrapé le virus guérissent, explique le psychologue.

À Rodrigues, le déconfinement, ils connaissent déjà…

Le déconfinement, certains l’ont déjà vécu au sein de la République de Maurice. À Rodrigues et Agaléga, notamment, depuis le 15 avril dernier. Shirley Castel, psychologue à Rodrigues, explique que les Rodriguais attendaient ce moment avec impatience. Mais, ce n’est pas pour autant un retour à la normale : « Nos habitudes ont été chamboulées, nous évitons les déplacements et nous évitons les contacts ou nous essayons d’en avoir par d’autres moyens. » Le rythme de vie des Rodriguais a fondamentalement changé. Il existe notamment des restrictions, dont l’interdiction des ‘gatherings‘ et d’autres activités de groupe. 

Shirley Castel confirme que la peur est encore présente. Comme Laurent Baucheron de Boissoudy, elle estime que cette peur sera là jusqu’à ce qu’un vaccin soit trouvé. « Nous n’allons pas vivre comme des paranos, mais on devra apprendre à vivre avec le virus… », affirme-t-elle.

covid-19 | déconfinement | psychologie



Les plus lus

Lioness Stacy: la musique dans les veines

A 23 ans, Lioness Stacy est considérée comme la reine du Dancehall Shatta. Et la soeur de Sky to Be vise encore plus hau...

Plaine-Verte: un agent de sécurité de 54 ans arrêté pour trafic de gandia

Sous surveillance depuis plusieurs semaines, Salim Reza Khodabux a été arrêté à son domicile mardi 7 avril. Neuf sachets...

Confinés, les hommes religieux racontent: «Nous devons prier beaucoup»

Habitués à la vie en communauté avec leurs fidèles, comment les hommes religieux vivent-ils cette situation inédite ? Le...

Komiko : 25 ans de fous rires

Il était une fois, dans les années 90, une joyeuse bande d’amis qui partageaient la passion de faire rire les gens...

Une journée avec… Mridula Chooromoney, avocate

Ces journées de travail durent plus de douze heures. Entre visites à ses clients et procès en cour, son emploi du temps...