Soupçon de maldonne: l’ex-directeur général de la CWA Yousouf Ismaël tombe de haut

19 janvier 2020

Yousouf Ismaël, CWA, ICAC

Depuis début janvier, Yousouf Ismaël s’est rendu à trois reprises à l’ICAC.

Convoqué en trois occasions dans les locaux de l’Independent Commission against Corruption (ICAC), l’ancien General Manager de la Central Water Authority (CWA) semble risquer gros. Il est soupçonné d’avoir alloué un contrat d’une centaine de millions de roupies sans avis légal. Chronique d’une chute vertigineuse.

Un ex-General Manager qui n’a laissé personne insensible. Au cours des trois années passées à la tête de la CWA, Yousouf Ismaël s’est révélé sous différentes facettes auprès de ses collaborateurs, subordonnés, ou encore les syndicalistes qui l’ont côtoyé.

Economiste de formation, Yousouf Ismaël est nommé à la tête de la CWA par le ministre des Services publics et de l’énergie, Ivan Collendavelloo, après avoir assumé des responsabilités dans le privé. Notamment au sein du British American Investment Group comme Group Chief Economist, ou encore au sein du groupe St Aubin en tant que Head of Strategy and Commercial.

La nomination de Yousouf Ismaël comme General Manager de la CWA s’inscrivait dans un cadre bien précis : restructurer l’organisme. «Il fallait donner un nouveau souffle à la CWA qui émettait des signes d’essoufflement. Il y avait un important défi à relever car le gouvernement de l’Alliance Lepep avait fait de la distribution d’eau 24/7 l’une de ses priorités», explique une source qui a souvent été appelée à collaborer avec Yousouf Ismaël.

Malaise à la CWA

Cette restructuration des services de la CWA comprenait, entre autres, le remplacement de quelque 440 kilomètres de tuyau défectueux datant de l’ère coloniale, la mise en opération du Bagatelle Dam ainsi que du Pailles Water Treatment Plant. Visiblement déterminé à remplir le mandat qui lui a été confié, Yousouf Ismaël, apprenons-nous de sources émanant de la CWA, a très vite insisté auprès des techniciens pour qu’ils s’investissent totalement dans cette mission, quitte à mettre en suspens leurs autres tâches.

«Il faut savoir qu’un senior Engineer a des responsabilités importantes, telles que la recherche scientifique. Mais beaucoup d’entre nous avons souvent été forcés à renoncer à de telles tâches, pour suivre à la lettre les directives du General Manager d’alors», ajoute cette même source. Très vite s’installe un malaise entre plusieurs chefs ingénieurs et Yousouf Ismaël. Le clash était inévitable.

«Ainsi, ceux qui suivaient à la lettre les instructions du General Manager se retrouvaient dans les bons papiers», fait ressortir cette même source. Un ancien ingénieur qui a travaillé aux côtés de Yousouf Ismaël pendant deux ans, soutient qu’il n’a eu d’autres choix que d’opter pour la retraite anticipée car la situation était devenue insoutenable. «Cela a aussi été le cas pour d’autres employés du département administratif», souligne notre source.

Mêlé à une affaire de corruption, Yousouf Ismaël a été convoqué en trois occasions au siège de l’ICAC. Un scénario que beaucoup à la CWA auraient jugé improbable il y a un an, car l’ex-General Manager s’est, au fil des années, construit une réputation de «blue-eyed boy» auprès du ministre de tutelle, Ivan Collendavelloo. «C’était un intouchable», nous confie un proche de l’hôtel du gouvernement.

Mal conseillé par ses proches collaborateurs

Quelles sont donc les raisons de cette chute ? Plusieurs sources à la CWA s’accordent à dire que Yousouf Ismaël, s’est entêté à s’entourer de «yes men» qui se contentaient de le caresser dans le sens du poil. «S’il se retrouve dans une telle situation, c’est parce que certains de ses proches collaborateurs l’ont mal conseillé uniquement pour lui plaire. Une situation qui arrangeait Yousouf Ismaël et ses conseillers.»

Une source autorisée à l’hôtel du gouvernement nous confie que c’est en procédant aux paiements des contrats alloués à différentes compagnies que le département de ‘Procurement’ a décelé certaines anomalies. C’est ce qui a mené à l’interpellation de l’ex-No.1 de la CWA. Il semble risquer gros.

Au niveau du ministère des Services publics, l’on apprend que le ministre Collendavelloo se garde pour l’heure de tout commentaire. «Il nous faut attendre les retombées de l’enquête et il n’y a aura aucune ingérence.»

.

 

CWA | ICAC | Yousouf Ismaël



Les plus lus

Gaz ménager: découvrez les nouveaux prix des différentes bonbonnes

La baisse du prix des bonbonnes de 12 kilos, 6 kilos et 5 kilos prend effet à partir de ce vendredi 5 mai. Le ministre d...

Concert : dernier passage sur Terre

Sébastien Margéot donne un ultime rendez-vous à ses fans, le samedi 12 octobre au Caudan Arts Center, pour clore la...

Faux billets en circulation dans le Sud: un mécanicien de 42 ans arrêté

Mamad Imtiaz Pachoo est accusé provisoirement de «Counterfeited Bank Note», sous l’article 42 de la Bank of Mauritius Ac...

Saisie de 95 kg de cocaïne : où était la douane ?

Les douaniers avaient des instructions : les engins de chantier importés devaient être contrôlés. Deux travailleurs...

Tipla partaze : un millefeuille avec Akshay Seebaluck

On n’interrompt pas un artiste à l’ouvrage. Quand le peintre a posé ses couleurs, nous nous installons autour d’un caf...