Shameer Abdul Raman n’a pas fini de déployer ses ailes

6 mai 2020

Shameer Abdul Raman, portrait, mannequinat

On ne le dirait pas comme ça. Shameer Abdul Raman vient de compléter 30 ans de carrière dans le mannequinat. Une longévité qui s’explique peut-être par sa capacité à se réinventer. Mais surtout par sa grande générosité, une valeur que lui a léguée son défunt père, sa source d’inspiration. «Cela me rend humble de constater que j’ai touché de nombreuses vies. Pour moi, c’est inestimable.»

Inspirer et motiver les autres, c’est ce que Shameer Abdul Raman, membre du personnel de cabine depuis 22 ans et auditeur interne certifié chez Air Mauritius, a toujours voulu faire. De sa voix claire, il explique que «depuis que je suis petit, j’ai toujours été différent». Quand d’autres enfants rêvaient d’être médecins, avocats ou ingénieurs, lui désirait monter sur scène. Il y voyait une façon de s’affranchir des diktats de la société.

C’est à l’âge de 16 ans, alors élève au collège St Joseph, qu’il fait son entrée dans l’univers de la mode. Sa carrière lui donnera des ailes. Il ira jusqu’en Espagne pour représenter les marques Hugo Boss et Armand Basi. Shameer Abdul Raman apparaît même à la télévision française, sur Match TV France, pour une émission intitulée «La vie d’un modèle masculin».

Sa popularité est telle qu’il participe à plusieurs émissions sur la MBC, dont ChatterBox et Beauty Queen. «Quelqu’un a vu mon potentiel et a affiné ma personnalité, m’a fait devenir un diamant.» Son succès, souligne-t-il, serait toutefois incomplet s’il n’avait pu toucher le coeur des gens et avoir une influence positive sur eux.

«C’est le temps de la découverte de soi»

Conscient de tout ce qu’il a reçu, Shameer Abdul Raman veut le transmettre. C’est pourquoi il donne des cours sur le «grooming» à FlyMates et d’autres institutions. Le «Pageant Coaching» lui permet également de partager son expertise avec des jeunes filles et garçons afin qu’ils soient la meilleure version d’eux-mêmes. Il a travaillé avec plusieurs concours de beauté nationaux, dont Miss Univers Maurice et Miss / Mrs / Mr India Worldwide Mauritius.

Mais Shameer Abdul Raman n’est pas que mannequin et coach. Il est aussi gérant de Scene Stealers, une entreprise d’événementiel ayant organisé plusieurs spectacles à Maurice. «C’est un excellent apprentissage de ne pas être seulement modèle, coach, chorégraphe… J’ai toujours eu envie d’ajouter plusieurs cordes à mon arc.»

Aujourd’hui, avec le confinement, son emploi du temps, réglé jusqu’ici comme une horloge, est plus souple. Depuis un mois, il ne sort presque plus de chez lui. «Cela ne me dérange pas de rester à la maison car je peux passer plus de temps avec ma mère qui est âgée.» Et puis, fait-il comprendre, «je ne veux pas aller dans des lieux publics pour ne pas être infecté».

C’est une nouvelle vie qui s’offre à Shameer Abdul Raman. «J’ai réalisé que rien n’est plus important que la vie. Qu’il faut apprécier chaque chose. C’est le temps de la découverte de soi.» Ce n’est pas pour autant qu’il ne s’occupe pas. Outre des séances de sport à domicile, il travaille actuellement sur un projet pour lequel il sera membre du jury, sur Zoom.

A 46 ans, Shameer Abdul Raman a un riche parcours. Mais lui, estime qu’il n’est même pas à mi-chemin. Il veut aller toujours plus haut, plus loin. Il n’a pas fini de déployer ses ailes.

mannequinat | portrait | Shameer Abdul Raman



Les plus lus

Gaz ménager: découvrez les nouveaux prix des différentes bonbonnes

La baisse du prix des bonbonnes de 12 kilos, 6 kilos et 5 kilos prend effet à partir de ce vendredi 5 mai. Le ministre d...

Concert : dernier passage sur Terre

Sébastien Margéot donne un ultime rendez-vous à ses fans, le samedi 12 octobre au Caudan Arts Center, pour clore la...

Faux billets en circulation dans le Sud: un mécanicien de 42 ans arrêté

Mamad Imtiaz Pachoo est accusé provisoirement de «Counterfeited Bank Note», sous l’article 42 de la Bank of Mauritius Ac...

Saisie de 95 kg de cocaïne : où était la douane ?

Les douaniers avaient des instructions : les engins de chantier importés devaient être contrôlés. Deux travailleurs...

Tipla partaze : un millefeuille avec Akshay Seebaluck

On n’interrompt pas un artiste à l’ouvrage. Quand le peintre a posé ses couleurs, nous nous installons autour d’un caf...