Respirateur artificiel local: un premier prototype d’ici la semaine prochaine

4 avril 2020

Covid-19, respirateur artificiel

Ce prototype pourrait aider à atténuer une éventuelle pénurie de respirateurs artificiels pendant la crise du coronavirus.

Face à une augmentation du nombre de patients atteints du Covid-19 nécessitant une assistance respiratoire, un groupe d’étudiants en Ingénierie de l’université de Maurice, ainsi que développeurs informatiques et experts médicaux, se sont mobilisés pour créer un respirateur local. Cette équipe, créée le 30 mars 2020, comprend une quarantaine de personnes qui travaillent d’arrache-pied pour pouvoir confectionner un prototype dans les jours à venir. L’objectif est de permettre aux personnes qui ne sont pas en mesure de se faire soigner dans un hôpital de recevoir les soins dont elles ont besoin pour se remettre du coronavirus. Selon Ismael Essackjee, membre de l’équipe, d’ici une semaine, un premier prototype sera mis sur pied.

Ce projet de respirateur artificiel local est particulièrement prometteur car le développement d’un tel appareil «open source» est facile à construire et est à prix réduit. Maurice en compte une centaine actuellement en état de service.

Covid-19, respirateur artificielle

Gros plan du prototype actuellement en développement.

Le fonctionnement du «ventilator»

Mais qu’est-ce au juste un respirateur artificiel ? Selon Ismael Essackjee, c’est une machine conçue pour fournir une ventilation mécanique en déplaçant l’air respirable dans et hors des poumons. Objectif : donner de l’oxygène à un patient physiquement incapable de respirer ou respirant insuffisamment. Alors que les respirateurs artificiels modernes sont des machines informatisées, les patients peuvent être ventilés avec un simple masque à valve à main.

Covid-19, respirateur artificiel

Prototype développé par Faheem Aubeeluck, étudiant en dernière année d’ingénierie à l’université de Maurice.

Le respirateur artificiel ressemblera à celui dont sont dotées des ambulances. Il s’agit des «ambu bags» sur lesquels les médecins appuient afin de pousser de l’oxygène dans la gorge d’une personne inconscient. C’est ce mouvement mécanique que «nous essayons de fabriquer à travers une machine. Sinon nou ti bizin kikenn ki pomp loksizen 24/7 pou ki sa al dan dimounn-la so poumon. Seki nou pe fer, se met ambu bag-la lor system-la e se enn moter ki pomp loksizen dapre ritm ki bizin», explique-t-il.

Ismael Essackjee fait comprendre que «pour l’instant, la conception du prototype a été faite à travers des logiciels, et des réunions en ligne sont régulièrement organisées». Selon l’ingénieur, les permis pour circuler et se procurer les outils pour le prototype ont déjà été obtenus. La confection du prototype se fera dans le laboratoire de l’UTM ; ils ont obtenu l’autorisation d’y travailler.

Le ministère de la santé doit d’abord tester notre prototype

L’équipe est en permanence en contact avec des médecins des hôpitaux car «ce sont ces personnes qui travaillent avec cet équipement, qui ont une connaissance approfondie et les contrôles requis de cet équipement». De ce fait, «aussitôt que nous avons le premier prototype, nous l’enverrons au laboratoire du ministère de la Santé afin de le tester et expérimenter s’il fonctionne d’après leurs besoins. En cas de changements, nous allons l’améliorer». Une fois le feu vert du ministère obtenu, poursuit Ismael Essackjee, dans un cas extrême où le nombre de personnes contaminées augmenterait de façon considérable, «nous pourrons en produire davantage afin de soutenir les gens. Nous sommes là pour apporter notre aide au gouvernement et à la population».

La motivation des jeunes de l’UOM

Covid-19, respirateur artificiel

Devin Bhoodoo, Research Assistant à l’université de Maurice, participe également à ce projet.

De son côté, Roshan Teeluck, représentant de la faculté d’Ingénierie de l’université de Maurice, fait ressortir que les ingénieurs mauriciens ont un gros potentiel mais sont souvent sous-estimés. Pour lui, il est injuste de laisser les médecins seuls en première ligne alors que les ingénieurs ont toutes les connaissances requises pour les soutenir dans cette lutte. «Nous sommes optimistes quant au résultat de ce projet.» Et le combat ne s’arrêtera pas là, avance Roshan Teeluck. «Nous allons poursuivre d’autres projets qui visent à faciliter la tâche des médecins tout au long de ce combat contre le Covid-19.»

Nissaar Wozir, étudiant en ingénierie mécanique à l’UoM et concepteur du prototype, souligne, lui, qu’il souhaitait utiliser ses connaissances afin d’aider ceux atteints du Covid-19. «Mo’nn design enn konsep ki ‘automate squeezing of an Valve Bag Mask’. Cela imite la respiration d’une personne. Mon design est basé sur une impression en 3D parce que c’est une méthode de fabrication rapide, qui ne demande pas beaucoup de main-d’oeuvre et qui peut produire l’appareil en entier. Konsernan ban leres prototip, ena lezot dimounn ankor pe fer li e a la fin pou swazir saki pli cost effective and efficient», affirme-t-il.

Covid-19, respirateur artificiel

Nissaar Wozir, diplômé en ingénierie de l’université de Maurice, est le concepteur du prototype.

Le gouvernement doit soutenir ce projet

Le Dr Pawan Gopaul salue cette initiative. Il confie que des collègues médecins font partie de l’équipe de conception. «Ils utilisent l’impression en 3D pour la réalisation du respirateur artificiel. De plus, l’équipe a fait référence à de nombreux nouveaux articles scientifiques avant de mettre en place ce mécanisme. Les médecins et les ingénieurs travaillent en collaboration jusqu’à fort tard dans la nuit pour apporter leur contribution.» Avec de la volonté et de la détermination, tout est possible, insiste le médecin. «Si nous réussissons, ce sera une très grande chose pour toute la communauté mauricienne et pour le pays. Je suis convaincu que nous avons cette expertise et que nous pouvons réussir.»

Le Dr Pawan Gopaul lance, dans la foulée, un appel au soutien du gouvernement. «Nous comprenons que le gouvernement soit débordé. Néanmoins, c’est de leur devoir de soutenir ce projet.» 

Covid-19, respirateur artificiel

Un masque de valve de sac offert par un volontaire de l’équipe médical.

 

Accessible en ligne au public

L’équipe qui planche sur le prototype a d’ores et déjà le soutien de compagnies internationales de renom. Les institutions internationales ayant des succursales à Maurice leur donnent un coup de main, avance Ismael Essackjee. Il s’agit de l’Institute of Electrical and Electronics Engineers (IEEE) et l’Institution of Engineering and Technology (IET). «Ils nous financent pour ce premier prototype», dit-il. De préciser que ce travail sera accessible au public car «nous allons faire de ce projet un ‘open source’ où tous nos documents seront disponibles en ligne et d’autres pourront les utiliser».
La section mauricienne de l’IEEE est très préoccupée par l’impact du Covid-19 sur le pays et collabore étroitement avec sa branche estudiantine de l’UoM et d’autres volontaires dont des ingénieurs et personnel du corps médical, déclare Neecharl Ramprosand, le président de l’IEEE Mauritius Section. Il fait remarquer que l’IEEE est la plus grande association technique au monde, comprenant plus de 423 000 membres dans 160 pays, dont plus de 100 à Maurice. Son objectif principal est de développer la technologie au profit de l’humanité. L’IEEE est le créateur du WiFi et Bluetooth. «Nous organisons des conférences de recherches internationales à travers le monde ainsi qu’à Maurice lors desquelles des activités pour les étudiants sont projetées, notamment des séminaires, compétitions et prix internationaux», indique Neecharl Ramprosand.

covid-19 | prototype | respirateur artificiel



Les plus lus

Quand Veena Ramgoolam apporte son «soutien» au leader des rouges

  Veena Ramgoolam a le sens du timing. Alors que Pravind Jugnauth s’attaque à la vie privée de Navin Ramgool...

Sky to Be se trouve un mentor en Vinod Appadoo, le commissaire des prisons

La prison a-t-elle fait de Sky to Be un nouvel homme ? Le chanteur semble apaisé. Il a repris du poids. Sa frêle silhoue...

[VIDEO] Lemond Kare: une prophétie réalisée

Lemond Kare, lancé le 12 avril, symbolise notre époque et ses maux. Tout en respectant le confinement, The Prophecy trav...

Prison de Melrose: Jean Alain Auguste est-il mort par pendaison ?

La famille Auguste, résidant à Cassis, veut des réponses. Jean Alain Auguste, âgé de 30 ans, est-il mort par pendais...

Brutalité policière alléguée: «Injuste de nous mettre tous dans le même bateau»

Au sein de la police, l’enquête sur les allégations de brutalité policière est diversement commentée. Toutefois, les pol...