Polémique autour de Zoom: une appli dédiée aux visioconférences à l’étude

18 avril 2020

Confinement, visioconférence, Zoom

L’Inde a interdit, jeudi 16 avril, l’utilisation de Zoom, estimant que cette application n’est pas sécurisée.

«Zoom n’est pas une plateforme sécurisée.» Dans une déclaration, jeudi 16 avril, le ministère de l’intérieur indien a interdit l’utilisation officielle de cette application pour la tenue des visioconférences pendant cette période de confinement. Maurice compte-t-il emboîter le pas à l’Inde quant à l’utilisation de cette application ? D’autant que plusieurs experts étrangers ont, eux aussi, tiré la sonnette d’alarme sur Zoom, la qualifiant même de «logiciel malveillant».

A ce stade, la question de l’interdiction de cette application ne se pose pas vraiment, apprend-on. En revanche, le ministère de la Technologie, de l’innovation et de la communication (TIC) étudie actuellement la possibilité de développer une application dédiée aux visioconférences. C’est ce qu’a déclaré le ministre Deepak Balgobin, que nous avons interrogé vendredi 17 avril. «L’utilisation de cette application pourrait ainsi être recommandée dans les institutions gouvernementales ou encore les établissements scolaires», devait-il ajouter. Avant de préciser qu’une décision sera communiquée dans les jours à venir.

Le ministre des TCI tient cependant à faire ressortir qu’il n’y a eu, jusqu’ici, aucun incident à déplorer à Maurice concernant l’application Zoom. «Nous sommes conscients que l’utilisation de cette application pose des problèmes dans plusieurs pays du monde. A Maurice, je ne peux pas personnellement bannir cette application. Mais attendons les prochains jours», a fait savoir Deepak Balgobin.

Plusieurs applications à la disposition des écoles

L’utilisation de cette application à Maurice, précisément pendant cette période de confinement, a pris une grande ampleur. Tant et si bien que ce logiciel a été recommandée par le ministère de l’Education aux enseignants depuis le lancement des cours en ligne. Ce même ministère a cependant aussi recommandé l’utilisation d’autres applications. Notamment Microsoft Office 365, pour lequel le ministère a fait circuler, par courriel, un tutorial sur son utilisation. Ce qui a jeté un doute parmi bon nombre d’enseignants, qui sont très vite arrivés à la conclusion que le gouvernement semble plus en faveur d’autres applications que Zoom.

Sollicitée pour une réaction, la ministre de l’Education, Leela Devi Dookun-Luchoomun, a affirmé que son ministère ne prône pas l’utilisation d’une application plus qu’une autre. «Nous avons plusieurs applications que nous voulons mettre à la disposition des écoles», a-t-elle fait part.

covid-19 | visioconférence | Zoom



Les plus lus

Nouvel an chinois: bons baisers des Etats-Unis

Les souvenirs lui reviennent. Ceux de sa grand-mère s’affairant dans la cuisine. Le parfum qui se dégageait des bons pet...

Gaz ménager: découvrez les nouveaux prix des différentes bonbonnes

La baisse du prix des bonbonnes de 12 kilos, 6 kilos et 5 kilos prend effet à partir de ce vendredi 5 mai. Le ministre d...

Dépossession de terres: les descendants d’esclaves attendent toujours réparation...

Enième effet d’annonce ou réelle volonté, politique surtout, de venir en aide aux victimes de dépossession de terres ? D...

Coronavirus: le SOS des artistes qui ont perdu leur gagne-pain

  «Mo nepli kone si mo pou ena manze pou donn mo fami ban mwa ki pe vini…» Le musicien Serge Bhodoo est rongé...

Special Response Group: ces femmes au front

Le Special Response Group de la SSU compte une vingtaine de policières. Ces femmes sont en première ligne pour affronter...