Ingrid Noyaux, Miss University Africa Mauritius 2019: ma vie en quarantaine

14 avril 2020

Covid-19, quarantaine, Ingrid Noyaux

Ingrid Noyaux a subi un second test hier, lundi 13 avril. Son premier test, le 1er avril, s’est révélé négatif.

«Croyez-moi, je ne souhaite à personne de vivre cela…» Plus d’un millier de personnes ont été placées en quarantaine depuis les premiers cas de Covid-19 à Maurice. Parmi, la Miss University Africa Mauritius 2019, Ingrid Noyaux, 21 ans. A Zordi, elle a bien voulu raconter son expérience.

C’est à Dubaï, où elle se trouvait en stage depuis décembre dernier, qu’Ingrid Noyaux apprend que 3 cas positifs de Covid-19 ont été recensés à Maurice le 18 mars. C’est le choc. «C’est quand ça nous arrive à nous qu’on se sent forcément encore plus concernés.» Il était alors prévu qu’elle quitte Dubaï le 20 mars. Or lorsque le Premier ministre annonce la fermeture des frontières, Ingrid Noyaux ressent une vague d’émotions ; colère, frustration, stress, peur… Impossible pour l’étudiante de trouver un autre vol pour le lendemain, jeudi 19 mars. «Ça n’a pas été évident, mais je me suis démenée pendant deux jours pour pouvoir rentrer au pays. Je me suis bien sûr équipée de masques et de hand sanitizers avant de prendre la route pour l’aéroport.»

Elle regagne Maurice tard dans la soirée du 22 mars. La Miss University Africa Mauritius 2019 explique avoir été quelque surprise à son arrivée à l’aéroport de Plaisance ; elle pensait que le protocole sanitaire serait beaucoup plus strict. «Il n’y avait pas vraiment de social distancing dans le bus, ce qui était un peu stressant vu que nous n’avions aucune idée de qui aurait pu être infecté ou pas.»

Quarantaine à l’hôtel ne rime pas avec vacances

C’est à l’hôtel Ambre qu’elle est placée en quarantaine. Sur place, la reine de beauté est à nouveau étonnée devant le protocole en vigueur. Elle déplore le manque de communication, notamment sur les règles à suivre, ce qui a résulté en un certain cafouillage, dit-elle. Chacun s’est vu attribuer une chambre. Celle-ci était propre, climatisée avec les aménités nécessaires. Au dire d’Ingrid Noyaux, il n’y avait pas forcément de restriction du mouvement. Chacun était libre de sortir de sa chambre à tout moment.

La quarantaine dans un hôtel ne rime pas avec vacances, précise Ingrid Noyaux. La piscine ainsi que les autres facilités de l’hôtel leur étaient inaccessibles. Quid de la nourriture ? Celle-ci était préparée par un traiteur. Au menu muffins, biryani, minn fri, pain au chocolat et d’autres bons plats… «Franchement, rien à dire.»

La jeune femme souligne aussi la solidarité parmi les personnes placées en quarantaine. Elles avaient un groupe WhatsApp à travers lequel elles communiquaient et se soutenaient les unes les autres. En revanche, elle déplore le fait qu’elle devait quitter sa chambre pour récupérer son repas, de l’eau, du papier toilette et d’autres choses essentielles. D’autant qu’elle devait elle-même faire sa lessive et nettoyer sa chambre avec les moyens du bord. «Quitter sa chambre signifiait être en contact avec les autres et surtout se mettre à risque. Ça perdait tout le sens d’une quarantaine, qui a pour objectif de séparer les positifs des négatifs. C’était très inquiétant, mais on n’y pouvait rien.» Alors, Ingrid Noyaux prenait un maximum de précautions. «Je sortais toujours avec un masque et je respectais le social distancing

«Nous avons supposé que nous étions négatifs…»

Entre rapport de stage, video call avec ses proches et regarder des films et séries, elle avait de quoi s’occuper. La Miss University Africa Mauritius 2019 concède toutefois que cela a été difficile d’être loin de sa famille. Elle évoque un stress et une frustration quelque peu atténués grâce à la technologie qui lui permettait de rester en contact avec ses proches. D’ailleurs, dit-elle, c’est grâce à leur soutien qu’elle a pu garder son sang-froid.

Les problèmes ont surgi après les résultats du premier swab testing pour le Covid-19, effectué le 1e avril. Il s’est avéré que deux des personnes placées en quarantaine étaient positives. «Cela a été un gros stress parce qu’on n’avait aucune idée de qui il s’agissait.» D’ailleurs fait remarquer Ingrid Noyaux, «on ne nous a pas directement dit qu’on était négatif, on nous a juste avertis qu’il y avait deux positifs qu’on avait emmenés en isolement et nous avons juste supposé que nous étions négatifs, autrement il y aurait eu plus de monde envoyé en isolement.» L’absence de communication des autorités n’a en rien arrangé les choses. «Combien de jours de plus allions-nous rester ici ? Allions-nous faire à nouveau des tests ? Allaient-ils changer le protocole ? On n’avait absolument aucune idée de ce qui se passait», déplore-t-elle.

«J’en suis sortie plus forte mentalement»

Lorsqu’elle a été informée qu’elle pouvait finalement rentrer chez elle, elle ne s’y attendait absolument pas. Elle pensait faire le second test. C’est un proche qui est venu la récupérer. Pas d’embrassade ; ils portaient tous deux des masques et elle s’est même placée sur le siège arrière. Lorsqu’elle a foulé le seuil de sa maison, Ingrid Noyaux révèle qu’elle n’a pu retenir ses larmes. Et même si elle n’a pu ni embrasser ni enlacer sa mère, elle a ressenti une immense joie en la retrouvant. «Mon père est actuellement à l’étranger, donc c’était encore plus difficile pour lui de nous savoir, ma mère et moi, loin l’une de l’autre.»

Depuis son retour, Ingrid Noyaux dit s’être isolée dans sa chambre. Elle a subi son second test hier, lundi 13 avril. Elle attend toujours les résultats. Mais ces quelques jours en quarantaine, dit-elle, lui ont appris beaucoup de choses. Notamment que «tout vient à point à celui qui sait attendre». Mais surtout qu’«il faut parfois quand même être solidaire et se battre pour nos droits. J’en suis sortie plus forte mentalement. Ce genre d’obstacles vous rendent définitivement plus fort».

covid-19 | Ingrid Noyaux | quarantaine



Les plus lus

Online typing job: a case of scamming reported to the Cybercrime Unit

Online job is one of the dream jobs of many people given the flexibility and the lucrative salary that come along. Howev...

Casela Nature Parks: huit incidents répertoriés en dix ans

Une touriste allemande âgée de 42 ans s’est fracturée les deux jambes alors qu’elle pratiquait de la tyrolienne au Casel...

Surexposition aux écrans: les conséquences sur les enfants

Les enfants naissent désormais dans un environnement hyper-connecté. Ces nouvelles technologie peuvent être d’un apport...

Gaz ménager: découvrez les nouveaux prix des différentes bonbonnes

La baisse du prix des bonbonnes de 12 kilos, 6 kilos et 5 kilos prend effet à partir de ce vendredi 5 mai. Le ministre d...

Victoria’s Secret annule son défilé : la lingerie entre dans l’ère #MeToo...

Ce fut l'un des défilés de mode les plus suivis pendant 20 ans : la marque de lingerie américaine Victoria's Secret...