Espèces menacées : Comment nous avons sauvé nos oiseaux

14 mars 2020

La crécerelle est revenue de loin : il n’en restait plus que quatre en 1974. Elle n’est plus menacée d’extinction désormais.

La dernière girafe blanche femelle et son petit ont été abattus par des braconniers le mardi 10 mars au Kenya. Une espèce animale de plus disparaît donc de la surface de la terre. A maurice, cinq espèces étaient au bord de l’extinction et ont cependant pu être sauvées par la Mauritius Wildlife Foundation (MWF). « Maurice détient le record en termes d’oiseaux qui ont été sauvés de l’extinction », confirme le Conservation director de l’ONG, Vikash Tatayah. La crécerelle, le cateau vert, le pigeon rose, le cardinal de Rodrigues ainsi que la fauvette de Rodrigues étaient en voie de disparition. Comment a-t-on fait pour leur éviter le sort de la girafe blanche ? Éclairage.

C’est en 1975 que la MWF met sur pied un programme d’élevage d’oiseaux en captivité dans le village de Rivière Noire. Toutefois, les techniques d’élevage ont pris du temps avant d’être maîtrisées. Ce n’est qu’au début des années 90, lorsque les couples en captivité ont produits des petits, que leur nombre a considérablement augmenté.

Nids artificiels et sauvetage des oeufs

Le cateau vert était devenu le perroquet le plus rare du monde à la fin des années 70, lorsque moins de 20 oiseaux étaient recensés à l’état sauvage, dans les gorges de la Rivière Noire. Selon la MWF, le Psittacula Eques pour les scientifiques a souffert de l’introduction d’une foule de prédateurs (chats, rats, singes) ainsi que d’autres espèces qui lui ressemblaient ; le merle commun, l’Indian Ring-necked Parakeet. 

En quoi consistait ce programme d’élevage ? Les relâcher une fois le temps venu, l’amélioration des nids, la fourniture de nids artificiels, l’alimentation complémentaire, l’élevage en captivité, le sauvetage et la manipulation des œufs et des poussins et le contrôle des prédateurs. Tout un programme ! Par la suite, les oiseaux ont été relâchés sur d’autres sites tels que Combo (2000), Bel Ombre (2003), la vallée de Ferney (2015) et la forêt d’ébène (2018).

En 1974, seulement quatre crécerelles étaient recensées dans les forêts indigènes de Maurice. Ce faucon de taille moyenne est identifiable par sa poitrine blanc-crème. Cependant, grâce au programme mis sur pied pour la conservation de cette espèce, la crécerelle  a pu être sauvé.

C’est une histoire similaire pour le pigeon rose : alors qu’en 1986 le pigeon rose était menacé d’extinction, il est également sauvé. Ce pigeon est une espèce d’oiseau de la famille des columbidés de notre île.

Le conservation director explique néanmoins qu’il faut toujours faire un suivi et que le travail n’esg pas pour autant terminé : « Ils ne sont pas complètement sauvés, vu ce qui se passe dans le monde, nous ne sommes pas sortis de l’auberge. » 

L’unique femelle girafe blanche et son petit tués par des braconniers 

Image du Ishaqbini Hirola Community Conservancy qui date de mai 2017.

La dernière girafe blanche et son petit ont été trouvés morts par l’Ishaqbini Hirola Community Conservancy, une organisation chargée de la gestion d’une zone de conservation communautaire dans une réserve de Garissa, dans l’est du Kenya. Trois ans de cela, la girafe a fait parler d’elle lorsqu’elle a été aperçue pour la première fois dans la réserve kényane. Elle était atteinte de leucisme, une maladie génétique qui empêche la pigmentation de la peau. 

D’après un communiqué par l’association Ishaqbini Hirola, il ne reste plus qu’une seule girafe blanche : le fils de la femelle abattue par des braconniers.

 



Les plus lus

Nouvel an chinois: bons baisers des Etats-Unis

Les souvenirs lui reviennent. Ceux de sa grand-mère s’affairant dans la cuisine. Le parfum qui se dégageait des bons pet...

Gaz ménager: découvrez les nouveaux prix des différentes bonbonnes

La baisse du prix des bonbonnes de 12 kilos, 6 kilos et 5 kilos prend effet à partir de ce vendredi 5 mai. Le ministre d...

Coronavirus: le SOS des artistes qui ont perdu leur gagne-pain

  «Mo nepli kone si mo pou ena manze pou donn mo fami ban mwa ki pe vini…» Le musicien Serge Bhodoo est rongé...

Dépossession de terres: les descendants d’esclaves attendent toujours réparation...

Enième effet d’annonce ou réelle volonté, politique surtout, de venir en aide aux victimes de dépossession de terres ? D...

À Rose-Hill : « Enquête policière » sur des ‘moutouk’

L’image était troublante. Au courant de cette semaine, un  client  a commandé un 'minn bwi' dans la région de Trèfles. À...