[Covid-19] Prix majorés et produits manquants: grogne des consommateurs

5 avril 2020

Covid-19, consommation, cherté des prix

Des consommateurs ont déploré la cherté des prix de certains produits.

«Ca m’a frappée. Le sachet de lessive pour machine à laver, qui coûtait Rs 199, se vendait à Rs 450…» C’est non sans surprise que Queency Florentin a constaté la hausse des prix de certains produits lorsqu’elle s’est rendue au supermarché jeudi 2 avril. Comme elle, de nombreux consommateurs se sont aussi plaints, sur les réseaux sociaux notamment, de la cherté de certains articles depuis la réouverture des grandes surfaces. Sans compter que plusieurs produits sont tout bonnement introuvables.

Entre les très longues files d’attente, les prix élevés et l’absence de certains produits de nécessité, les consommateurs n’ont, en effet, pas eu la partie facile dans les divers supermarchés du pays. Ceux-ci ont rouvert leurs portes sous des conditions très strictes, jeudi 2 avril après avoir été fermés pendant une semaine, Covid-19 oblige.

C’est à 11 h 30, raconte Queency Florentin, qu’elle est arrivée à Jumbo Riche-Terre. «J’étais 105e.» La jeune femme de 26 ans en est ressortie à 14 heures. Si les mesures de distanciation sociale ont été respectées, dit l’habitante de Baie-du-Tombeau, il n’empêche qu’une fois à l’intérieur du supermarché, elle a constaté quelques anomalies. «Il n’y avait pas de prix sur plusieurs articles tels que le riz ou encore les gels désinfectants», fait-elle part. Il y avait aussi le fait que «beaucoup d’articles étaient en rupture de stock comme la farine, le sucre ainsi que des couches pour adulte».

«Ene poigne dimoune pe coquin
et pe faire dominere»

Anais Chan Kin fait, elle aussi, le même constat. «Non seulement les prix de certains articles n’étaient pas affichés, mais d’autres se vendaient beaucoup plus cher», lâche cette habitante de Roche-Bois. Contrairement à Queency Florentin, elle a passé sept heures dans la file d’attente pour pouvoir accéder au supermarché. Et elle en  est ressortie sans pain ni fruits ni légumes.

Sur les réseaux, ils sont nombreux à partager leurs factures de supermarchés, s’indignant des prix qui y sont pratiqués. Une situation qui n’a pas échappé au leader de l’opposition, Arvin Boolell. Sur sa page Facebook, il a dénoncé «ene poigne dimoune pe coquin et pe faire dominere», en interpellant le ministre de la Sécurité alimentaire. «Ene livre pomme de terre pe vane Rs 90 et giromon Rs 60. Ena grossiste pe faire hoarding pou faire prix monte lascenseur. Mauvais dimoune Pena conscience. Bizin denonce zotte et Ministere prix et consomateur bizin pran sanction», s’indigne le leader de l’opposition.

Arvin Boolell a, dans la foulée, salué le travail de la State Trading Corporation (STC). «Le nouveau directeur de la STC fait un travail correct et prendra des sanctions contre ceux qui s’approvisionnement en farine et riz en vrac auprès de la STC pour ensuite les revendre dans des petits sachets à des prix exorbitants.»

Le Premier ministre a été sollicité sur la cherté de certains produits lors de la conférence de presse quotidienne du National Communication Committee sur le Covid-19, hier, samedi 4 avril. En guise de réponse, Pravind Jugnauth a déclaré qu’il suit la situation.

 

Les conditions pour avoir accès au supermarché

C’est par ordre alphabétique que les Mauriciens pourront se rendre dans les supermarchés et les boutiques, deux fois la semaine. Les lundis et jeudis, les boutiques et supermarchés seront uniquement ouverts aux personnes avec des noms de A à F. Les G à N y auront accès les mardis et vendredis, tandis que ceux dans la catégorie des O à Z seront admis les mercredis et samedis. Les commerces concernés seront ouverts du lundi au samedi de 9 heures à 17 heures.
Des conditions à respecter
Pour y avoir accès les conditions suivantes devront être respectées :
  • Il faudra avoir une pièce d’identité sur soi,
  • Une personne sera admise par famille,
  • Les étrangers devront présenter leur permis de travail, leur passeport ou leur permis de résidence,
  • Il faudra impérativement se couvrir la bouche avec un masque ou un autre moyen,
  • Chaque client devra être muni d’un sac qu’il déposera dans son caddie,
  • Chaque client sera soumis à un contrôle sanitaire. Les clients qui souffrent de la toux devront se faire prendre la température. Si le thermomètre affiche plus de 37,5 degrés centigrades, la personne concernée sera mise à l’écart en attendant sa prise en charge par les services de santé,
  • Un caddie sera autorisé par personne. Chaque caddie sera désinfecté par un employé en présence du client,
  • Chacun disposera d’un maximum de 30 minutes pour faire ses achats,
  • Des indications seront placés au sol pour le respect de la distance de sécurité entre les clients dans la file d’attente,
  • Dans l’enceinte du supermarché, le client devra suivre un tracé prédéterminé,
  • Personne ne pourra faire marche arrière ou dévier du tracé établi,
  • Certains produits tels que le riz, la farine, le lait, l’huile, le papier toilette seront controlés. Un client ne pourra pas en prendre plus de trois,
  • Les personnes travaillant à la caisse devront obligatoirement porter un masque et des gants et
  • Les produits tels que la viande, les légumes, le pain et les fruits seront déjà emballés afin d’éviter qu’ils soient manipulés.

cherté des prix | consommation | covid-19 | supermarchés



Les plus lus

Nouvel an chinois: bons baisers des Etats-Unis

Les souvenirs lui reviennent. Ceux de sa grand-mère s’affairant dans la cuisine. Le parfum qui se dégageait des bons pet...

Gaz ménager: découvrez les nouveaux prix des différentes bonbonnes

La baisse du prix des bonbonnes de 12 kilos, 6 kilos et 5 kilos prend effet à partir de ce vendredi 5 mai. Le ministre d...

Coronavirus: le SOS des artistes qui ont perdu leur gagne-pain

  «Mo nepli kone si mo pou ena manze pou donn mo fami ban mwa ki pe vini…» Le musicien Serge Bhodoo est rongé...

Dépossession de terres: les descendants d’esclaves attendent toujours réparation...

Enième effet d’annonce ou réelle volonté, politique surtout, de venir en aide aux victimes de dépossession de terres ? D...

À Rose-Hill : « Enquête policière » sur des ‘moutouk’

L’image était troublante. Au courant de cette semaine, un  client  a commandé un 'minn bwi' dans la région de Trèfles. À...