Coronavirus: aucun risque de pénurie de sauce d’huître ou de poisson

6 février 2020

coronavirus, importation interdite, sauce d'huître

La plupart des sauces d’huître disponibles dans les rayons des supermarchés ne proviennent pas de Chine, mais de la Malaisie et de Singapour.

Un «minn fri» sans sauce d’huître ou de poisson ? Sacrilège pour les amateurs ! Pourtant, celles-ci figurent bel et bien sur la liste des produis chinois dont l’importation est désormais interdite en raison de l’épidémie de coronavirus. Risque-t-on une pénurie ?

Outre les sauces d’huître et de poisson, les animaux et poissons vivants, ainsi que les fruits et mer et viande séchés, transformés et congelés ne peuvent plus être importés jusqu’à nouvel ordre. Les ministères de l’Agro-industrie et de l’Economie océanique ont émis un communiqué conjoint en ce sens lundi 4 février, suivant une décision du comité multisectoriel sur le coronavirus.

Il s’avère toutefois que les produits de ce type que l’on retrouve sur les étagères des supermarchés proviennent, pour la plupart, de pays tels que la Malaisie et Singapour. Les sauces dont nous avons l’habitude d’arroser généreusement nos plats ne seront donc pas en pénurie pour le moment. C’est ce que l’on confirme du côté des grands importateurs tels Innodis, Scott & co. Ltd et Sik Yuen Ltd. Certains déclarent ne rien importer en rapport avec cette interdiction. D’autres soulignent que leurs produits ne proviennent pas de Chine.

En revanche, les viandes en conserve, séchées ou conditionnées disponibles à Wing Tai Chong sont importées de Chine, confirme un responsable. Il précise toutefois que ces produits ne représentent aucun danger pour la population. «Nos produits sont approuvés pour être commercialisés par le ministère de la Santé et il n’y a aucun risque de pénurie sur le marché», souligne-t-il. Il concède toutefois que le manque pourrait se faire sentir «si l’interdiction persiste sur le long terme».

«Il n’y a pas lieu de créer une psychose»

Le responsable du magasin précise néanmoins qu’«il n’y a pas lieu de créer une psychose autour des produits provenant de Chine qui sont actuellement en vente». Il prévoit en revanche que cela aura un impact sur le marché local et international. D’autant que la plupart des matières premières sont fabriquées en Chine. De faire ressortir que comme nous dépendons grandement des pays étrangers, cela risque de nous affecter.

Concernant les fruits de mer surgelés ou congelés que nous retrouvons sur les étals des supermarchés, ceux-ci viennent presque tous de l’Inde ou de Madagascar. Des pays qui ne sont pas touchés par le coronavirus pour le moment. Un seul cas a été confirmé dans la Grande péninsule jusqu’ici.

A l’issue d’une réunion d’explications avec les forces vives et habitants de Souillac mardi 5 février, le Dr Vasantrao Gujadhur a, lui, précisé que les produits qui sont déjà sur le marché ne sont pas concernés par cette interdiction. Du reste, fait-il valoir, selon le protocole établi par l’OMS, il faut bien cuire les viandes et autres fruits de mer, que ceux-ci soient frais ou congelés.

coronavirus | importation | sauce d'huître



Les plus lus

Lioness Stacy: la musique dans les veines

A 23 ans, Lioness Stacy est considérée comme la reine du Dancehall Shatta. Et la soeur de Sky to Be vise encore plus hau...

Plaine-Verte: un agent de sécurité de 54 ans arrêté pour trafic de gandia

Sous surveillance depuis plusieurs semaines, Salim Reza Khodabux a été arrêté à son domicile mardi 7 avril. Neuf sachets...

Confinés, les hommes religieux racontent: «Nous devons prier beaucoup»

Habitués à la vie en communauté avec leurs fidèles, comment les hommes religieux vivent-ils cette situation inédite ? Le...

Komiko : 25 ans de fous rires

Il était une fois, dans les années 90, une joyeuse bande d’amis qui partageaient la passion de faire rire les gens...

Une journée avec… Mridula Chooromoney, avocate

Ces journées de travail durent plus de douze heures. Entre visites à ses clients et procès en cour, son emploi du temps...