Ces collèges payants qui donnent peu de résultats…

8 février 2020

Ces dernières semaines, les collèges privés payant ont vu leur notoriété augmenter. La raison ? Leur choix d’accueillir en Grade 11 des élèves n’ayant pas obtenu cinq crédits. Ces collèges ne bénéficiant pas de l’aide financière de l’État ne sont pas tenus de respecter la règle des cinq credits et représentent une échappatoire pour certains. Sauf que le taux de réussite de certains de ces collèges pour le Higher School Certificate (HSC) fait douter de l’utilité d’une telle option. 

« Peu importe tes résultats de form 5, nous taccueillons en Lower 6 si tu es motivé. » Un exemple des nombreux messages que lancent les écoles payantes sur les réseaux sociaux. Les commentaires sur ces postes dépassent la centaine. Pour mieux comprendre la situation, nous nous sommes tournés vers les parents. Meredith Milazar, dont le fils n’a pas obtenu le nombre de crédits requis, a opté pour un collège payant : « Je nai quun enfant et je ferai de mon mieux pour quil réussisse. Mon fils aspire à devenir architecte. Cest pour cette raison que jai pris linitiative de le mettre dans une école privée. Je veux quil réalise son rêve. » Pourtant, Meredith n’a pas beaucoup de moyens. Elle révèle qu’elle a pris un deuxième travail pour pouvoir financer les études de son fils.

Une affaire de moyens…

Tout comme Meredith, Samuel Prosper a un enfant dont les résultats ne lui permettent pas d’intégrer une classe de Grade 11. Mais la différence est que la fille de Samuel devra mettre fin à sa scolarité. « Ma fille veut intégrer une école de coiffure qui me coûte les yeux de la tête. Je nai pas les moyens de lui offrir cela, car jai deux autres enfants. Elle devra trouver un emploi et financer elle-même ses cours », témoigne ce père de famille. 

Mais est-ce que ces écoles ont le droit d’opérer comme bon leur semble ? Sollicité au téléphone, le directeur de City College, Rashidally Soobadar, avance que son établissement ainsi que tous les autres écoles payantes travaillent dans la légalité : « Nous vivons dans un pays démocratique, le gouvernement na pas le droit de nous interdire dimplanter ce système dans nos écoles. Il ne faut pas sarrêter à lemploi dans le secteur public ; il faut aussi prendre en considération les élèves qui ont lintention de travailler dans le privé. À City College, nous offrons lopportunité aux enfants dintégrer les classes de Lower 6 et de prendre part une nouvelle fois aux examens de la SC pour tenter dobtenir les 5 crédits demandés ». 

« Cest une commercialisation outrancière de l’éducation qui a créé la médiocrité. »

Le taux de réussite des collèges privés aux examens du HSC.

Les résultats racontent une autre histoire : seulement un tiers des 45 candidats de City College ont réussi (voir tableau). Kadress Pillay, ancien ministre de l’éducation, avance que le problème de l’éducation se trouve dans le système lui-même. « Je ne remets pas en question la décision de la ministre de l’éducation. Cependant, vu le taux de réussite, il faut se poser les bonnes questions pour obtenir les bonnes solutions. Il faut aller à la source du problème, travailler avec les enfants, voir leurs faiblesses, connaître leur milieu familial et aussi prendre en considération que nous avons beaucoup de ‘late learner’ », fait-il ressortir. Il dira aussi que certaines personnes pensent qu’ils peuvent établir un collège privé simplement pour se faire de l’argent. Sur la mauvaise performance de ces collèges payants, il dira que « cest une commercialisation outrancière de l’éducation qui a créé la médiocrité ». 

Il fait également remarquer que ces établissements ne proposent pas de formule à part entière pour se démarquer des collèges d’état ou privés sous l’égide du gouvernement. « Quand ces adolescents nobtiennent pas une place dans un collège d’état ou privé, les parents se tournent vers ces établissements payants pour que leur enfants continuent leurs études alors que ces derniers nont pas de réelle ambition académique, soutient-il, la situation est compliquée. Il y a une discrimination scolaire dans notre système. »

Une baisse générale des performances au HSC

Les chiffres le montrent, au fil des années, on enregistre une baisse générale dans le taux de réussite. Dix ans de cela, 78,71 % des candidats brillaient à leurs examens alors qu’en 2020, ce chiffre est descendu à 74,95 %.  Comme le souligne Kadress Pillay, « les grands perdants sont ceux qui ont lambition de réussir, mais que le système actuel expulse ».

Collèges payants | HSC | taux de réussite



Les plus lus

Jazzy Christophe: une voie prédestinée

Le jazz coule dans ses veines. Véritable prodige du saxophone, Jazzy Christophe, 17 ans, a décroché une troisième bourse...

Fabrice Narainsamy, le prodige des ciseaux

S’il y a bien un «accessoire» indispensable à Fabrice Narainsamy, c’est son carnet de croquis. Ce carnet ne le quitte to...

The African Marquis: Gabriel Froid, 23 ans, créateur engagé

Passionné de mode depuis sa tendre enfance, Gabriel Froid a fini par lancer sa propre marque, The African Marquis. Il pa...

Covid-19: John Ducon, le bloggeur qui sensibilise à travers des vidéos

Avec ses deux vidéos, CONFINEMENT ? #RessLakaz et CONFINEMENT ? #SERVI TO LETAN, Joseph Johnaddy Gontran a voulu informe...

Saisie de Rs 9 M d’héroïne: le passeur sud-africain fête ses 30 ans devant la justice...

Jaco Johannes Els souffle ses trente bougies ce lundi 27 janvier. Un jour particulièrement spécial pour lui. Pour cause...