Belle-Mare (Jour 3): risque de contamination de l’eau

18 mars 2020

covid-19, quarantaine, Belle-Mare, Robin

Une fontaine à eau a été installée au centre de quarantaine de Belle-Mare mardi 17 mars.

Elle est considérée comme la faute sanitaire par excellence. Il n’y a pas mieux placés pour le savoir que les employés du MSC Croisière et du Royal Caribbean Cruise, qui logent actuellement au centre de confinement de Belle-Mare. Utiliser une fontaine à eau pour plus d’une cinquantaine d’individus comporte des risques de contamination croisée. C’est le nouveau joujou qui a été installé mardi 17 mars, raconte Robin (nom d’emprunt).

«On n’a eu que deux bouteilles d’eau en trois jours. Et le fait que chacun place sa bouteille dans le robinet de la fontaine risque de contaminer l’eau», explique Robin. Il précise d’ailleurs que «l’utilisation de fontaine à eau n’est d’ailleurs pas autorisée sur les paquebots de croisière à cause du risque sanitaire». Les plus optimistes font remarquer que des gobelets en papier seront mis à disposition. Combien en faudra-t-il pour une soixantaine de personnes sur 14 jours ? En tout cas, les gobelets ne sont pas disposés à côté de la fontaine…

22 heures, mardi 17 mars. Dernière sortie avant le couvre-feu. «36,5°C. Bien mieux que ce matin.» Alors que Robin se dirige vers la sortie, «j’ai entendu le personnel soignant parler de trois cas suspects négatifs». Il se retourne sur cette nouvelle ; les infirmiers lui lancent «pa per, pa isi sa. C’est à l’hôpital de Candos et les trois personnes ont été testées négatives au coronavirus».

Pas de nouvelle de la personne à l’isolement

Oui, Robin voit tout et entend tout, ou presque. «En même temps, dans un centre de quarantaine, il faut bien ouvrir l’œil.» C’est ainsi qu’il a également constaté six passeports sur le bureau. «On procède à l’enregistrement des nouveaux venus.» Le centre compte effectivement 57 personnes en cette fin de soirée de mardi, contre 51 la veille. «Toujours pas de nouvelle de celle qui a rejoint l’isolement à l’hôpital de Souillac lundi.»

Un troisième jour de quarantaine relativement tranquille pour certains et moins pour d’autres à Belle-Mare. Il y a, en effet, eu une prise de bec dans la matinée entre locataires et agents de sécurité à cause d’une histoire de bouteilles d’alcool qui manquaient dans un colis. «Je ne suis pas au courant de cet événement, mais j’ai vu une fiche accrochée à l’heure du déjeuner qui disait : ‘Instructions to all passengers in quarantine centres’ qui était bel et bien visible quelques heures après.» Il est indiqué sur cette fiche qu’aucun visiteur n’est autorisé dans l’enceinte du centre de quarantaine, que personne ne peut rencontrer ses proches au portail et qu’on peut à tout moment les changer de chambre ou de centre de confinement. «Il semble qu’un événement survenu durant la matinée est derrière ce rappel à l’ordre. La bonne ambiance entre occupants et personnel de santé n’a en rien été affectée», souligne Robin.

covid-19,quarantaine, Belle-Mare, Robin

On sennuie ferme au centre de quarantaine de Belle-Mare…

Il reste encore plus d’une semaine et chacun s’occupe comme il peut. «J’ai passé une bonne partie de la nuit au téléphone. Famille et proches tentaient de me donner du courage. Samem ki fer nou tou tini isi, soutien familial. Durant la journée, ils travaillent c’est difficile de les avoir, mais le soir ils passent beaucoup de temps avec moi.» Et d’ajouter que «c’est un peu la même tendance pour tout le monde. Jamais je n’ai vu le temps passer aussi lentement et des gens s’ennuyer autant. Rien à voir avec la vie en mer !»

Pour ce troisième jour de confinement, on a donc carrément dû tirer Robin du lit. «Mo ankor anba drap. Il n’y a pas grand-chose à faire. La prise de température est devenue un rituel, les repas sont servis en take-away. Beaucoup commencent à rester de plus en plus dans leur chambre. On discute avant, pendant et après le repas. J’ai l’impression que la plupart d’entre nous ont enfin accepté de passer ces 14 jours de quarantaine», explique Robin.

Ils ont été les premiers mais pas les derniers

Et comment s’est-il occupé hier ? «Get bann live lor Facebook. Gete, gete.» Et notamment un live qui a été filmé à l’aéroport de Plaisance. Des membres d’équipage de paquebots de croisière, soit une centaine, arrivés de Paris contestaient avec force leur mise en quarantaine. «Dan vid sa. Asize manz ti pake biskwi ek delo. On a connu cela dimanche. Lundi, certains de nos collègues ont vécu la même expérience, et idem mardi. Et croyez-nous ce n’est pas encore fini.» 

Certains des collègues de la mer de Robin en profitent pour demander ce qui est ressorti de la visite du Premier ministre, Pravind Jugnauth, au centre de quarantaine de Quatre-Sœurs. «Bann-la pa’nn dir kisann-la pou nouri nou fami, e inn dir bann ki pe dir ena coronavirus dan Moris fer kone kotsa.» Rien de quoi intéresser nos confinés qui sont sûrs d’au moins une chose ; ils sont toujours en bonne santé comme ils l’avaient clamé à leur arrivée au pays.

Belle-Mare | covid-19 | quarantaine | Robin



Les plus lus

[VIDEO] Lemond Kare: une prophétie réalisée

Lemond Kare, lancé le 12 avril, symbolise notre époque et ses maux. Tout en respectant le confinement, The Prophecy trav...

[VIDEO] Découvrez le clip de To merit enn kouronn chanté par Linzy Bacbotte

C’est à 10 h 30, ce jeudi 16 avril, que le clip vidéo a été lancé. La chanteuse Linzy Bacbotte pose sa voix sur To merit...

Achats en ligne: les colis ne trouvent plus leur chemin vers Maurice

Avec la propagation du nouveau coronavirus, les produits à bas prix achetés sur des sites en ligne, chinois pour la plup...

Henrietta: il enfreint le couvre-feu pour vendre du gandia à l’ADSU

Un dealer de 29 ans a été pris au piège alors qu'il remettait du gandia à des officiers de l'ADSU, hier lundi 4 mai. Une...

Coronavirus: le masque N95 plus efficace qu’un masque chirurgical

Le port du masque est plus que jamais d’actualité. Il s’agit de la seule véritable protection contre le coronavirus, sel...