Avec Catherine Nankoo, l’apparence ne fait plus tache !

19 mai 2020

Catherine Nankoo, esthétisme
Elle se prénomme Catherine Nankoo. Son histoire débute avec des problèmes de peau durant l’adolescence. Complexée par son acné, elle décide de trouver une solution au lieu de se morfondre. Une solution qui a changé sa vie. Rencontre.

Elle profite du confinement pour peaufiner les derniers détails pour la grande ouverture de son salon d’esthétique, Behind Beauty Spa. Catherine Nankoo, 25 ans, veut que tout soit parfait. En regardant ce magnifique lieu de relaxation qu’elle a bâti à Sainte-Croix, la jeune femme se sent éperdument fière, car cela n’a pas été une sinécure d’en arriver là.

Si on retourne dix ans en arrière, ce n’est sûrement pas la Catherine Nankoo sûre d’elle et femme entrepreneur que nous rencontrerions. À l’époque, elle est en pleine adolescence. Cette tranche d’âge où le physique est très important. Pour la jeune Catherine, cette période est des plus douloureuses. «En grandissant, j’ai développé de l’acné sur tout le visage. Je n’aimais pas ce que je voyais dans le miroir.» La jeune demoiselle décide alors de faire des recherches sur Internet pour s’informer sur la cause de l’acné et des éventuelles solutions. «J’ai trouvé cela fascinant, comment on pouvait faire partir des boutons d’acné par des gestes simples et une routine quotidienne», confie-t-elle.

«J’étais déçue à mon retour à Maurice»

Très vite, Catherine Nankoo développe une passion pour l’esthétique. Les précieux conseils qu’elle obtient sur le Net changent sa vie, lui permettant de se débarrasser de ses complexes. C’est ainsi qu’elle décide d’en faire son métier afin de venir en aide à ceux qui vivent la même situation. «Au départ, j’avais décidé de faire carrière dans l’art de la peinture, mais la guérison de mon acné m’a montré une autre voie. Une meilleure voie, si je peux le dire ainsi. Je voulais à tout prix aider les gens qui étaient dans la même situation que moi», souligne l’habitante de Saint-Croix.

Après avoir quitté les bancs du collège, Catherine Nankoo se tourne vers des études d’esthétique. A la fin de sa formation cependant, elle ressent l’envie d’en apprendre davantage. Peu de temps après, elle s’envole pour le Canada où elle entame des études en esthétique médicale (medical aestetic) avec l’objectif de devenir une professionnelle.

Deux ans après, Catherine Nankoo termine ses études avec succès et retourne au bercail la tête et le cœur pleins d’espoir. Elle déchante très vite. Comme elle a des tatouages, elle peine à trouver du travail. Malgré ses qualifications, son apparence fait tache. «J’étais déçue à mon retour à Maurice. J’ai fait entretien sur entretien et les réponses étaient les mêmes. Les hôtels et même les instituts de beauté me claquaient la porte au nez bien que j’aie mes diplômes.» La jeune femme finit par trouver du travail dans un institut. «Mais au fur et à mesure mes tatouages ont encore eu raison de moi. J’ai dû arrêter. Désespérée, j’ai travaillé dans divers petits salons mais j’étais sous-payée.»

«Tout faire pour réaliser mon rêve»

Entre-temps, Catherine Nankoo passe un examen pour devenir formatrice auprès de la Mauritius Qualifications Authority. Elle réussit ses examens avec succès et c’est là que le déclic se produit. Elle laisse tomber les petits boulots. «Après mon diplôme de formatrice, je me suis sentie forte et je me suis dit qu’il fallait tout faire pour réaliser mon rêve», déclare la jeune femme.

Elle ne perd plus de temps et fonce investir ses économies dans l’achat de ses appareils. «J’avais commencé à économiser depuis mes études. Cet argent m’a beaucoup aidée. Mais j’ai également opté pour le ‘fait maison’ avec des produits naturels que je fais moi-même.»

Catherine Nankoo n’attend désormais plus que le déconfinement pour prendre son envol. Avec elle, l’apparence ne fera plus tache!

Catherine Nankoo | esthétisme



Les plus lus

Gaz ménager: découvrez les nouveaux prix des différentes bonbonnes

La baisse du prix des bonbonnes de 12 kilos, 6 kilos et 5 kilos prend effet à partir de ce vendredi 5 mai. Le ministre d...

Concert : dernier passage sur Terre

Sébastien Margéot donne un ultime rendez-vous à ses fans, le samedi 12 octobre au Caudan Arts Center, pour clore la...

Saisie de 95 kg de cocaïne : où était la douane ?

Les douaniers avaient des instructions : les engins de chantier importés devaient être contrôlés. Deux travailleurs...

Trafic de drogue à Karo Calyptus: Priscilla Lisette mise hors d’état de nuire

86 doses d’héroïne et 12 semences de gandia ont été saisies au domicile de Priscilla Lisette, à Karo Kalyptus, samedi 14...

Phénomène J: le Mauricien qui chante l’amour à Mayotte

Vous voulez envoyer une chanson d’amour à votre partenaire mais vous manquez d’idée ? Pas de souci. Phénomène J est là...