Agressé en direct sur Facebook, Tacha Ti Lamour risque des poursuites

17 février 2020

Tacha Ti Lamour, agression en direct, Facebook, ICT Act

Tacha Ti Lamour risque-t-il d’être poursuivi pour diffamation ?

Tacha Ti Lamour n’est pas sorti de l’auberge. Après avoir été victime d’une agression qui a été filmée en direct sur Facebook, il risque désormais d’être inquiété par la police…

C’est dans la nuit du jeudi 13 février que Tacha Ti Lamour, Nathan Mercure de son vrai nom, a été passé à tabac par un groupe d’individus. Cela, vraisemblablement en représailles à une vidéo que Tacha Ti Lamour aurait postée mardi 11 février, dans laquelle elle a fait des commentaires et allégations contre eux. Deux vidéos live de l’agression ont été publiées sur Facebook, dont l’une, intitulée «Kidnapping de Tacha Lamour», a par la suite été enlevée.

Tacha Ti Lamour a porté plainte au poste de police de Roche-Bois vendredi 14 février. Or, selon les explications de Me Dev Ramano, il s’avère que la victime risque également de subir les conséquences de la publication de la vidéo qui a suscité la haine de ses agresseurs…

Infraction à l’ICT Act

L’avocat Dev Ramano souligne que plusieurs infractions ont été commises. Une agression filmée en direct sur Facebook est doublement punissable par la loi, rappelle-t-il. «Dans ce cas précis, la personne a été agressée physiquement, moralement et dans son intimité.» Ainsi, le fait que Tacha Ti Lamour ait été humiliée sur les réseaux sociaux est une infraction à l’Information and Communication Technologies Act (ICT Act). C’est la Cyber Crime Unit qui se charge de l’enquête.

Mais, précise Me Dev Ramano, s’«il y a bien une offense selon l’ICT Act, la vidéo qui a incité ses agresseurs à riposter et celle de l’agression sont deux cas différents». En effet, Tacha Ti Lamour avait, dans une vidéo précédant l’agression, fait des allégations à l’égard de ses agresseurs «Ce sera au Directeur des poursuites publiques (DPP) de décider des éventuelles accusations contre Tacha Ti Lamour et ses agresseurs», poursuit l’homme de loi. Tacha Ti Lamour pourrait notamment être inquiétée dans un éventuel cas de diffamation.

Le Police Press Office pas au courant

Selon un haut gradé de la police, les procédures sont claires. Après avoir fait sa déposition, Tacha Ti Lamour devra soumettre les vidéos de son agression à la Cyber Crime Unit. Une enquête sera alors ouverte pour déterminer les circonstances de cette agression.

Interrogé, le Police Press Office dit ne pas être au courant de ce cas.  En attendant, Tacha Ti Lamour continue de faire parler d’elle, bien qu’elle ait désactivé son compte Facebook.

agression en direct | Facebook | ICT Act | Tacha Ti Lamour



Les plus lus

Langue maternelle: «Le ‘kreol ghetto’ a ce besoin constant de se réinventer...

En cette la Journée internationale de la langue maternelle, le Dr Yannick Bosquet-Ballah, Senior lecturer in Language St...

Online typing job: a case of scamming reported to the Cybercrime Unit

Online job is one of the dream jobs of many people given the flexibility and the lucrative salary that come along. Howev...

Gaz ménager: découvrez les nouveaux prix des différentes bonbonnes

La baisse du prix des bonbonnes de 12 kilos, 6 kilos et 5 kilos prend effet à partir de ce vendredi 5 mai. Le ministre d...

Hannah Khan Juhoor: une âme bercée par la musique

Femme de caractère et pleine d’enthousiasme, Hannah Khan Juhoor est à la tête de Jerry N The Resistance. Elle a su insuf...

Crèche en entreprise: difficile accouchement

Si à l’étranger, la crèche en entreprise n’est pas un phénomène nouveau, à Maurice, l’idée peine à faire son chemin. Not...