Technologie 5G : beaucoup de promesses qui restent à tenir

24 novembre 2019

Susceptible d’accélérer la transformation numérique de l’économie, la nouvelle technologie mobile 5G est très attendue par les opérateurs de télécommunication et les industriels du monde entier. Qu’apporte-t-elle de plus que les technologies existantes et à quoi va-t-elle servir ?

La 5G, ou cinquième génération de normes pour réseau mobile, est la nouvelle version de l’ensemble des technologies mobiles dont le déploiement va s’accélérer à partir de 2020 dans le monde. Il s’agit d’un ensemble de protocoles et méthodes de transmission de l’information qui doit théoriquement offrir à la fois rapidité, faible temps de réponse (la latence) et énorme capacité, de manière à absorber un fort trafic. En ce sens, la 5G est avant tout une amélioration des capacités techniques offertes par la 4G, tout comme celle-ci a permis d’accélérer les débits par rapport à la 3G.

Mais c’est aussi une nouvelle étape dans les pratiques de communication. Là où la première génération permettait de passer des appels, la 2G d’y ajouter du texte, la 3G de commencer à envoyer des images et la 4G de développer l’internet mobile et les usages vidéo, la 5G doit servir à connecter tout ce qui ne l’est pas actuellement, et en premier lieu les objets dans les industries, les villes ou le domaine de la santé.

Des possibilités nouvelles

La 5G a été pensée depuis une dizaine d’années comme la colonne vertébrale de la numérisation de l’ensemble de l’économie. Là où la 4G a permis de développer l’économie numérique, la 5G doit être le support de la numérisation des industries tout en offrant une série de services qui n’existent pas encore et même répondre aux demandes nouvelles telles que les transports de demain.

Pour les consommateurs, il ne faut pas s’attendre à une différence flagrante en termes de débit, comme cela a pu être le cas lors du passage de la 3G à la 4G. Les opérateurs comptent sur la 5G avant tout pour gérer l’augmentation de trafic et éviter la saturation de leurs réseaux mobiles.

Là où la 5G est très attendue, c’est dans l’industrie, puisqu’elle devrait permettre d’accélérer la numérisation des usines (notamment pour l’automatisation des tâches) et des infrastructures de transport, et ainsi améliorer le suivi des produits et les processus de fabrication, permettre plus de maintenance prédictive, intégrer la réalité augmentée ou virtuelle, etc.

Elle doit également permettre l’arrivée de nombreuses innovations : supporter la connexion de l’ensemble des véhicules autonomes et connectés, permettre le développement de l’e-santé (des opérations à distance, la télémédecine, les transferts de données de santé, etc.), connecter les villes afin de les rendre plus «intelligentes» (gestion des flux, économie d’énergie, rationalisation des ramassages de déchets, etc.), sans parler des usages qui n’ont pas encore été pensés.

Des usages encore à créer

Si les promesses sont là, les usages ne sont pas encore certains. La première phase de déploiement de la 5G servira avant tout à augmenter la capacité des réseaux mobiles existants. Cependant, des services nouveaux pourraient peu à peu apparaître, autour de la réalité augmentée notamment ou du jeu vidéo mobile en streaming, dont certains prédisent l’explosion. C’est ce que l’on commence à voir dans des pays où le déploiement est le plus avancé, comme en Corée du Sud ou en Suisse.

La deuxième phase de déploiement, qui débutera au mieux en 2022, est censée répondre plus particulièrement aux besoins dans les industries. C’est à partir de là que les grandes promesses de la 5G (la voiture autonome, les usines robotisées, la santé connectée ou les opérations chirurgicales à distance notamment) sont censées se concrétiser. Pour l’heure cependant, le secteur ne s’est pas encore mis d’accord sur des normes communes.

 

Un démarrage très inégal dans le monde

Installation d’une borne 5G à Séoul. La Corée du Sud est le pays le plus avancé actuellement dans le déploiement de la nouvelle technologie mobile.

La course est lancée pour se connecter à la nouvelle génération de téléphonie mobile 5G. Plusieurs pays ont déjà commencé à la déployer, avec des fortunes diverses. Les opérateurs américains ont ainsi été parmi les premiers à lancer des offres commerciales dans quelques villes, avant même la sortie des premiers smartphones compatibles, avec un résultat très mitigé.

Pire, le déploiement dans certains endroits a poussé les opérateurs à annoncer de la 5G alors qu’il ne s’agit que de 4G améliorée. «Il y aura un retour de manivelle. Les consommateurs vont bien découvrir qu’on se moque d’eux», prédit Stéphane Téral, directeur exécutif de la recherche sur l’industrie mobile pour le cabinet IHS Markit. «Si un opérateur lance des offres spécifiques, les autres suivent très vite, de peur de perdre des abonnés, ajoute Samer Mourad, du cabinet Analysys Mason. Mais si tous les opérateurs lancent leur réseau 5G de même qualité et au même prix, il y a moins de risque de perdre des clients.»

Une course de vitesse qui peut ressembler à de la précipitation, provoquant parfois des ratés : au Royaume-Uni, lors du lancement de la 5G, les débits reçus étaient ainsi inférieurs à ceux de la 4G. «Nous en sommes au tout début, souligne Samer Mourad, Les opérateurs tentent de lancer rapidement de nouveaux services mais dans la réalité, il faut du temps pour rendre cette technologie accessible à tous.» Avec un risque : donner l’impression de s’engager sur une technologie qui n’est pas encore prête, alors que l’ensemble de l’industrie travaille toujours à des normes communes pour la partie centrale.

Les blocages peuvent être indépendants des opérateurs, comme en Suisse, qui doit être à 80 % couverte fin 2019, le déploiement butant sur les inquiétudes de la population concernant les risques sanitaires des ondes. Conséquence : si l’opérateur Sunrise annonce officiellement 250 villes et villages couverts, il n’avait en réalité déployé que 300 antennes 5G fin octobre, là où la couverture de la Corée du Sud en a nécessité plusieurs dizaines de milliers.

Ce pays asiatique fait d’ailleurs office d’exception et d’exemple pour le secteur quand il s’agit de souligner les possibilités commerciales pour les opérateurs. Après un déploiement express qui a permis de couvrir la quasi-totalité du pays, les abonnés se sont précipités sur les offres mobiles, pourtant plus chères qu’en 4G, avec plus de trois millions d’abonnements souscrits en six mois. «Les débits sont importants et le taux d’adoption est là, convient Stéphane Téral. Mais dès qu’on bouge un peu, le temps de réponse diminue immédiatement.» Un problème dans un pays où l’utilisation de la vidéo et du jeu sur mobile est massive dans les déplacements du quotidien.

«La Corée est un pays très particulier, poursuit le spécialiste. Elle entourée de pays hostiles. Quand le gouvernement annonce quelque chose, tout le monde s’y met, industriels et population. La 5G, c’est un élément de fierté nationale. Ce modèle n’est pas reproductible.» Un autre pays pourrait cependant aller dans le même sens : la Chine, où la 5G a été lancée dans les 50 principales villes du pays et où 300 sont prévues pour 2020. Dans le contexte de guerre économique avec les États-Unis, la course à la 5G face au rival est devenue un enjeu patriotique qui pourrait inciter la population à s’y convertir massivement.

©Agence France-Presse

 

 



Les plus lus

[Covid-19] Assistance Schemes: paiements à partir de ce jeudi

D’ici le 30 avril, la MRA devrait avoir effectué tous les paiements sous le Wage Assistance Scheme et le Self-Employed A...

Joomaye: «Faites votre demande de Work Access Permit sur besafemoris.mu»

L’actuel WAP délivré par le commissaire de police ne sera plus valide dans les prochains jours. Pour circuler, il faudra...

Coronavirus: un renvoi des Jeux olympiques de Tokyo pas à écarter

La tenue des Jeux olympiques de Tokyo, au Japon, semble compromise en raison de l'épidémie de coronavirus. Une décision...

Komiko : 25 ans de fous rires

Il était une fois, dans les années 90, une joyeuse bande d’amis qui partageaient la passion de faire rire les gens...

Tacha Lamour agressée en direct sur Facebook

Tacha Lamour a été  victime d’une agression par un  groupe d’internautes. Cette affaire aurait pour toile de fond une vi...