[Zordi Gaming] Final Fantasy VII Remake: et Midgar vit !

26 avril 2020

Zordi Gaming, Final Fantasy VII Remake

Entreprise délicate que de toucher à un des monstres sacrés des jeux vidéos. Final Fantasy VII a bercé l’enfance de toute une génération de gamers sur la Playstation première génération. Une référence parmi les Japanese Role-Playing Games (JRPG) ou les RPG tout court. Voilà deux petites semaines que le jeu entièrement retravaillé pour la PS4, Final Fantasy VII Remake (FF7R), est disponible. Zordi Gaming l’a testé pour vous et le verdict est plus que positif !

Première chose : il ne s’agit pas du jeu complet sur 4 CDs de la PS1. Cette itération ne concerne que le premier segment du jeu original et se déroule exclusivement dans la ville de Midgar, contrôlée par la maléfique entreprise Shinra. Ce n’est pas de sitôt que vous pourrez invoquer les Knights of the Round donc ! Il faudra acheter les prochains épisodes pour venir à bout du scénario d’origine.

Si c’est une mauvaise nouvelle pour le porte-monnaie, l’avantage, c’est que Midgar prend une autre dimension. Les conséquences des actions d’Avalanche, le groupe éco-terroriste que rejoint le protagoniste, Cloud Strife, se ressentent parmi la population. Les nuances morales et éthiques donnent vraiment à réfléchir sur le bien-fondé des actions des acolytes de Cloud.

Zordi Gaming, Final Fantasy VII Remake

Les habitants de Midgar prennent chair dans FF7R.

Puis, il y a la gameplay. Square Enix a réussi le pari de conserver les traces de l’original tout en le modernisant. FF7, premier du nom, proposait un système turn-based, où l’on devait attendre qu’une jauge se remplisse pour choisir les actions des trois personnages engagés dans un combat. Cette fois, on peut s’adonner aux plaisirs du hack-and-slash en écrasant le bouton carré comme un fou.

Ces attaques en temps réel remplissent la jauge qui est encore là et permet plutôt d’utiliser des sorts, des objets ou d’autres compétences. Quand vous contrôler le maximum de trois personnages, il suffit d’utiliser R2/L2 pour que le temps ralentisse pour vous donner le temps de donner des instructions à chacun individuellement. Mais même en action solo avec Cloud face à de multiples ennemis, cela donne des combats époustouflants.

FF7R complique la donne pour les plus gros affrontements, notamment les boss. Il faut faire preuve de stratégie, utiliser les acquis de chacun des personnages que l’on contrôle. Vous ne remporterez pas ces combats massifs en utilisant simplement le bouton carré. Il faut esquiver, bloquer des attaques et contrôler chacun de vos trois personnages à tour de rôle pour bien utiliser leurs pouvoirs respectifs. Comme dans l’original, ces pouvoirs sont acquis à travers des sphères appelées materia qu’il faut collecter et répartir parmi les personnages avec le plus grand soin. Cela fait aussi partie de la stratégie dans FF7R, comme dans l’original.

Parmi les materias les plus importants, on notera ‘assess’ qui permet d’analyser un ennemi pour déterminer ses faiblesses, mais surtout les ‘summons’ qui permettent de faire appel à un allié légendaire dans un combat pour une durée déterminée. Contrairement à l’original, les summons ne se manifestent que durant les combats les plus féroces. Là encore, une jauge apparait pour indiquer que votre allié est en passe de se réveiller. Quand il le fait, les animations sont vraiment dignes de la PS4. Ifrit, Shiva et même le Chocobo sont un régal pour les yeux.

Le jeu sait aussi varier les plaisirs avec de nombreux mini-jeux divertissants, comme la palpitante course à moto face au mystérieux Roche. Même les jeux les plus anodins, comme les fléchettes, deviennent compulsifs dans ce JRPG de haute facture !

Un point noir ? On aurait pu avoir une caméra plus mobile dans certains combats où il devient compliqué d’avoir tous ses adversaires dans son champ de vision. Mais c’est vraiment un détail minime, insuffisant pour gâcher le plaisir de retrouver un grand classique remodelé pour la PS4.

Final Fantasy VII Remake | zordi gaming



Les plus lus

Digitalisation et Covid-19: le travail, demain…

Le monde du travail est condamné au changement. Avec la crise du Covid-19 qui se rajoute aux pressions qu’exerçait déjà...

[Document] Budget 2020-21 : voici ce qu’il faut retenir

La pension universelle est maintenue. Ceux qui se retrouvent au chômage technique bénéficieront d'une allocation mensuel...

Divyansh Dixit: des podiums mauriciens à Mr Punjab

«Venir à Maurice a été un nouveau tournant à ma vie.» C’est dans notre île que l’Indien Divyansh Dixit, dont le nom sign...

Langue maternelle: «Le ‘kreol ghetto’ a ce besoin constant de se réinventer...

En cette la Journée internationale de la langue maternelle, le Dr Yannick Bosquet-Ballah, Senior lecturer in Language St...

Cédric Vincent: quand le BDSM rencontre la mode

Dans le monde de la mode à Maurice, Cédric Vincent vient bousculer les codes. Notamment en s’inspirant de la scène BDSM...