Kunal Sumbhoo: «Ce confinement est une bénédiction déguisée»

2 mai 2020

Kunal Sumbhoo, confinement

Rendez-vous avec l’artiste et graphiste Kunal Sumbhoo, 39 ans, grand gagnant des Backstage Awards 2019 dans la catégorie Fashionista. Il raconte à Zordi son quotidien pendant le confinement et nous livre quelques petits secrets.
Que faites-vous pendant cette période de confinement ?

Pendant le confinement, je fais tout ce que, dans le passé, je me disais que je n’avais pas assez de temps pour faire. Comme je suis passionné d’art, j’ai tout le loisir de faire de la peinture, de la lecture, notamment terminer les livres que j’avais commencés mais que je n’avais jamais le temps de compléter, ranger mes vêtements, redécorer la maison, regarder des films — je suis fan de comédie noire —, me mettre à la cuisine et même faire des self-photo shoots.

Ce temps libre me permet de récupérer, c’est une pause dans ma routine quotidienne, il n’y a pas de vrai planning. En ce moment je suis en train de lire The book Thief, roman historique de l’auteur Markus Zusak.

Cela me permet également de passer du bon temps en famille en regardant des films, des vieux albums et préparer des repas avec eux. Pendant cette période, je me consacre plus de temps. D’habitude, ma routine c’était le boulot, la gym et les soirées en week-end. Maintenant, j’ai plus de me time.

J’en profite au maximum pour faire des choses nouvelles, pour être créatif et me consacrer à mes passe-temps tout en gardant le positive attitude.

Dans quel lieu auriez-vous voulu être confiné ?

Je me sens très bien chez moi, avec ma famille, à Quatre-Bornes. Je pense que c’est l’idéal d’être confiné chez soi avec les gens que l’on aime.

Cette période vous donne-t-elle des idées de recettes ?

Cette période m’a permis d’éveiller ma créativité en cuisine. Comme je suis végétarien, il y a beaucoup de plats que je ne peux pas consommer, surtout la pâtisserie. Alors, ce confinement m’a permis d’essayer de confectionner ces plats en version végétarienne et sans œufs.

J’ai pu faire un moelleux au chocolat, un burger aux betteraves, des roulés à la cannelle, un risotto, mushroom manchurian, rasmalai, momos et même du pain et des croissants !

Qu’allez-vous cuisiner pour votre famille ce soir (NdlR, hier soir vendredi 1e mai) ?

Au menu, des plats indiens. Je vais essayer de faire des masala dosa, un plat du sud de l’Inde, accompagné de sambar et chutney. J’ai fait mes études à Bangalore et c’est un plat typique de cet endroit. Cela me manque énormément.

Une idée de recette ?

Une recette assez facile est le manchurian, un plat indochinois. On peut le faire avec des champignons, chou-fleur ou autres légumes. Il faut les couper en petits morceaux, les passer dans une pâte de farine de blé, former des boulettes et les faire frire. Ensuite, on prépare une sauce rouge piquante et on les met dedans.

Que nous suggérez-vous de faire à la maison ?

Pendant cette période, je vous conseille de passer le maximum de temps en famille, de vous occuper de vous, de faire les choses que vous aviez mises de côté faute de temps et d’être plus créatif. Ce confinement est une bénédiction déguisée, alors soyons positifs. Au lieu de nous plaindre, profitons en au maximum. Ce n’est pas tout le temps qu’on a autant de temps !

Qu’est-ce qui vous manque le plus en ce moment ?

Ce qui me manque le plus, ce sont les amis. On avait l’habitude de se voir assez régulièrement, mais heureusement qu’il existe les réseaux sociaux, ce qui nous permet de rester en contact.

Un secret ?

Un petit secret est que je peux paraître quelqu’un extraverti, mais je suis plutôt introverti. Ce confinement me permet d’être dans ma peau en restant loin de la foule.

confinement | Kunal Sumbhoo



Les plus lus

[Document] Budget 2020-21 : voici ce qu’il faut retenir

La pension universelle est maintenue. Ceux qui se retrouvent au chômage technique bénéficieront d'une allocation mensuel...

Divyansh Dixit: des podiums mauriciens à Mr Punjab

«Venir à Maurice a été un nouveau tournant à ma vie.» C’est dans notre île que l’Indien Divyansh Dixit, dont le nom sign...

Langue maternelle: «Le ‘kreol ghetto’ a ce besoin constant de se réinventer...

En cette la Journée internationale de la langue maternelle, le Dr Yannick Bosquet-Ballah, Senior lecturer in Language St...

Cédric Vincent: quand le BDSM rencontre la mode

Dans le monde de la mode à Maurice, Cédric Vincent vient bousculer les codes. Notamment en s’inspirant de la scène BDSM...

Digitalisation et Covid-19: le travail, demain…

Le monde du travail est condamné au changement. Avec la crise du Covid-19 qui se rajoute aux pressions qu’exerçait déjà...