Covid-19: l’appel au secours des très petites entreprises aux Finances

11 avril 2020

Covid-19, plan d'aide, très petites entreprises, PME

Qui dit confinement dit pas de ventes. Et qui dit pas de ventes, dit pas de revenus. Beaucoup, si ce n’est la plupart des petites et très petites entreprises, fonctionnent au mois le mois. Les recettes du mois servent à couvrir les dépenses, les coûts fixes et variables de production ainsi que les emprunts. Avec le confinement, qui a été prolongé hier au 4 mai, certains entrepreneurs ne savent plus à quel saint se vouer. D’autant que les mesures annoncées par le ministre des Finances, Renganaden Padayachy, ne les aident pas forcément. Jean-François Leckning lui a ainsi adressé une lettre ouverte, présentant sept mesures d’aide supplémentaires.

«Les mesures d’aide proposées par le ministre des Finances ne sont pas adaptées aux toutes petites entreprises», fait ressortir Jean-François Leckning. Pour lui, il est évident que ces entrepreneurs ne pourront pas en bénéficier car ils font un tout petit chiffre d’affaires. «Souvent, ces entreprises comptent un ou deux employés et ces derniers risquent de se retrouver au chômage», fait comprendre le directeur de People Magazine. Il confie d’ailleurs que le tirage de son magazine est à l’arrêt faute d’annonceurs.

L’endettement est un risque réel

Ce que confirme Gilbert Vas, directeur de Sail Shades and Awnings, qui a signé la pétition lancée par Jean François Leckning. Il explique que le mois de mars était gérable, mais pour le mois d’avril, ce sera difficile sans l’aide et l’appui du gouvernement. Dans leurs revendications, ils demandent notamment que le moratoire sur les prêts des entreprises soit étendu aux prêts personnels contractés auprès des banques ainsi que des compagnies de leasing. «Nous sommes souvent obligés de prendre des prêts en notre nom, car les banques commerciales refusent les demandes au nom de nos entreprises en raison du manque de garantie», indique Jean-François Leckning.

Et si beaucoup d’entre eux envisagent de contracter un prêt auprès de la Banque de développement de Maurice, la durée de remboursement est un réel problème. «Deux ans, ce n’est pas suffisant. Il faut que cela soit rallongé sur cinq ans», persiste-t-il. En l’état actuel, ces prêts, souligne-t-il, les «mènent vers plus d’endettement». L’entrepreneur Gilbert Vas le rejoint sur ce point : «Il faut étendre la période de remboursement.»

«Les dernières roupies sont épuisées»

«En 15 jours, les dernières roupies sont épuisées», poursuit Jean-François Leckning. Et le fait est que les très petites entreprises n’ont pas de réserves, renchérit Gilbert Vas. Sa société existe depuis cinq ans et il est fier de dire qu’«en cinq ans, je n’ai jamais eu besoin de prendre un prêt auprès d’une banque, mais cette situation est particulière». Le fait est que beaucoup de petites sociétés sont coincées car elles ne pourront peut-être pas rembourser de tels prêts. «Il y a le leasing, la location, entre autres qui m’arrivent à plus de Rs 100 000 par mois et pour pouvoir rembourser ces prêts, il faut que je fasse tourner des ventes de Rs 300 000 environ», dit l’entrepreneur. «Nous n’allons pas avoir de commandes tout de suite après la fin du confinement. Ce sera pour le début de l’année prochaine», martèle-t-il. D’ailleurs, face à cette crise, la relance ne sera pas pour de sitôt.

Le Dr Bhavish Jugurnauth, économiste, le rejoint sur ce point. «Beaucoup d’entreprises ne pourront pas reprendre leurs activités faute de demande.» Il compare les mesures proposées par le gouvernement à celles d’autres pays tels que l’Inde et l’Australie qui proposent des périodes moratoires de six mois sur le repaiement du capital et des intérêts sur les prêts d’entreprise. L’économiste ne cache pas ses craintes. «Nous sommes dans une récession globale, le taux de créances irrécouvrables augmentera, car beaucoup de ces entreprises n’auront pas suffisamment de rentrées d’argent», analyse le Dr Bhavish Jugurnauth.

La demande doit suivre le Stimulus Package

Le souci principal de ces petites entreprises est d’arriver à faire des ventes ou avoir des commandes. Gilbert Vas avance qu’il ne faut pas de nouvelles mesures, mais «simplement amender la planche de survie lancée par le gouvernement». Il parle aussi de l’après-Covid-19. «Il faut aussi que le gouvernement vienne de l’avant avec un stimulus package pour les petites entreprises.» Stimulus package certes, mais encore faut-il, précise le Dr Bhavish Jugurnauth, que «la demande suive». Le rôle du stimulus package, rappelle-t-il, est de faire en sorte que les entreprises produisent afin de maintenir l’emploi.

Concernant les mesures présentées, l’économiste est d’avis que certaines sont légitimes et aideront ces entreprises à sortir la tête de l’eau. D’ailleurs, c’est aussi le cas dans d’autres pays. Pour ce dernier, le gel des factures d’électricité et d’eau est faisable, car de un, il n’y a pas de production et de deux, cela leur permettra de respirer aussi. Le gouvernement devra intervenir pour accentuer les aides basiques et «les options fiscales (gel du paiement de la VAT et du NPF) tel que demandé par les entrepreneurs sont celles que les gouvernements étrangers adoptent en ce moment», avance-t-il.

Du côté de la Fédération des PME, son président Amar Deerpalsing affirme que «la fédération soutiendra toutes les demandes des PME et celles-ci sont tout à fait légitimes». Après avoir consulté la lettre ouverte de Jean-François Leckning, il avoue que «ça a beaucoup de sens» et qu’il «appuie ses demandes». Il vient aussi marteler que cette période de confinement est très douloureuse et que les aides doivent être démocratisées.

Comme l’explique le Dr Bhavish Jugurnauth, l’économie, c’est l’offre et la demande. Une crise générale est en cours et une crise bancaire aussi est à prévoir. Par ailleurs, le ministre des Finances, Renganaden Padayachy, avait mentionné au début de son mandat qu’il allait prendre des mesures pour équilibrer la demande et l’offre. Le Covid-19 vient ainsi jouer les trouble-fête, mais pour combien de temps encore ? Nul ne le sait.

Lettre ouverte

Covid-19 | plan d'aide | PME | très petites entreprises



Les plus lus

Online typing job: a case of scamming reported to the Cybercrime Unit

Online job is one of the dream jobs of many people given the flexibility and the lucrative salary that come along. Howev...

Casela Nature Parks: huit incidents répertoriés en dix ans

Une touriste allemande âgée de 42 ans s’est fracturée les deux jambes alors qu’elle pratiquait de la tyrolienne au Casel...

Surexposition aux écrans: les conséquences sur les enfants

Les enfants naissent désormais dans un environnement hyper-connecté. Ces nouvelles technologie peuvent être d’un apport...

Gaz ménager: découvrez les nouveaux prix des différentes bonbonnes

La baisse du prix des bonbonnes de 12 kilos, 6 kilos et 5 kilos prend effet à partir de ce vendredi 5 mai. Le ministre d...

Victoria’s Secret annule son défilé : la lingerie entre dans l’ère #MeToo...

Ce fut l'un des défilés de mode les plus suivis pendant 20 ans : la marque de lingerie américaine Victoria's Secret...