[Confinement] Livraison à domicile: ces petits commerçants à la peine

20 avril 2020

Covid-19, confinement, livraison à domicile, petits commerçants

Copain, Winner’s, Edendale, KFC… Ce que ces enseignes ont en commun ? Elles proposent toutes un service de livraison. Et ce ne sont pas les seules. Même des revendeurs de… cigarettes et de livres scolaires notamment se sont lancés dans ce créneau qui prend de l’essor depuis le début du confinement national, vendredi 20 mars. Mais la livraison à domicile est-elle une planche de salut pour tous les commerçants en cette période de crise ? Et ont-ils tous la capacité d’offrir un tel service ?

Covid-19, confinement, livraison à domicile, petits commerçants

La pâtissière Patricia Marie dit être confrontée à un manque d’ingrédients pour confectionner ses gâteaux.

Non, réplique Patricia Marie. Cette pâtissière fait comprendre que son gendre lui a proposé de livrer à domicile les douceurs qu’elle confectionne. Or, l’habitante de Chebel est confrontée à un problème de taille. «Même si mon gendre m’a proposé de faire des livraisons dans la région, je ne peux pas acheter mes ingrédients pour faire mes gâteaux», lâche-t-elle, dépitée. Le manque de fournitures en cette période de confinement, dit-elle, est un réel frein à son business. Et devant cette situation, arrondir ses fins de mois est un véritable casse-tête, surtout avec les Rs 2 550 que propose le gouvernement sous le Self-Employed Assistance Scheme

«Nous travaillons le matin
pour acheter à manger le soir»

Covid-19, confinement, livraison à domicile, petits commerçants

Hansen Irlen, qui gère une imprimerie, explique que tous les équipements se trouvent à l’usine.

Hansen Irlen, 23 ans, possède une petite imprimerie avec son père, à La Tour-Koenig. Lui, s’est tourné vers la livraison à domicile afin de pouvoir générer quelques revenus. Avec le confinement, explique-t-il, il a dû adapter les activités de sa petite entreprise afin de survivre. «Les clients habituellement viennent à mon lieu de travail pour commander, mais maintenant je procède par message et appels», indique Hansen Irlen. Toutefois, fait-il ressortir, il ne peut prendre des commandes que dans la région où il habite, ce qui est une véritable contrainte. D’autant que tous ses équipements se trouvent sur son lieu de travail. Il est clair, souligne le jeune entrepreneur, qu’il ne pourra continuer de fonctionner ainsi sur la durée. «Nous sommes en manque d’équipements.»

Covid-19, confinement, livraison à domicile, petits commerçants

Selon Jean-Perce Casimir, après le confinement, sa mère et lui entendent bien préserver le service de livraison à domicile des fritures et crêpes, notamment.

En revanche, les Casimir, qui vendent ordinairement des gâteaux à proximité de la plage de Pointe-aux-Sables, ont trouvé un bon filon dans la livraison à domicile. Jean-Perce Casimir avance qu’avec le confinement, ils ont dû très vite relancer leur petit commerce de vente de fritures et crêpes, entre autres. Il soutient aider sa mère à livrer les produits aux clients. Et devant le retour positif de ces derniers, ils comptent bien préserver ce service à l’avenir. «C’est un avantage parce que nous travaillons le matin pour acheter à manger le soir.»

confinement | Covid-19 | livraison à domicile | petits commerçants



Les plus lus

[Covid–19] Dr Gujadhur : «Le virus est partout»

«Viris-la pa marse li !» Le Dr Gujadhur a de nouveau fustigé le comportement des Mauriciens qui continuent à ne pas resp...

Lalita Purbhoo Junggee, une femme inspirée et inspirante

S’il y a bien une chose qui motive Lalita Purbhoo Junggee, c’est relever des défis. Fondatrice et directrice d’Eco Hustl...

Rama Sithanen : vampire ou visionnaire ?

L’ancien ministre des Finances est vilipendé par ses adversaires pour la politique économique qu’il a menée entre 2005 e...

Online typing job: a case of scamming reported to the Cybercrime Unit

Online job is one of the dream jobs of many people given the flexibility and the lucrative salary that come along. Howev...

Youtuber à Maurice, un vrai métier ?

Sommes-nous prêts, à Maurice, à considérer YouTube comme une option de carrière ? Et peut-on en vivre ? Quelques Youtube...