Air Mauritius: 18 propositions soumises aux administrateurs ce vendredi

1 mai 2020

Air Mauritius, administration volontaire, Jack Bizlall

La compagnie nationale aérienne n’est ni en faillite, ni en crise. «Nous sommes en train de dramatiser», lâche Jack Bizlall. Air Mauritius (MK) traverse les mêmes turbulences que d’autres compagnies aériennes dans le monde, fait comprendre le négociateur de l’intersyndicale. Il s’agit, explique-t-il, d’une crise de liquidité financière due au fait que les activités sont à l’arrêt depuis plus d’un mois. Ce qui pèse lourd sur les revenus, alors même que les dépenses sont les mêmes.

Ce problème peut être réglé, dit-il. D’ailleurs, ce vendredi 1e mai, Jack Bizlall soumettra un document comprenant 18 solutions potentielles aux administrateurs. Propositions, ajoute-t-il, qui ont été préconisées par des techniciens de calibre.

Jack Bizlall est catégorique. L’Etat mauricien doit apporter son soutien à MK. Primo, à travers une aide immédiate. Secundo, une aide à travers le réinvestissement et tertio, à partir d’un prêt à moyen et long terme. Cela viendra soutenir les 18 propositions qui seront soumises.

Conseil d’administration «téléguidé» et politisé

Il préconise aussi que BIT Associates, firme comptable de l’intersyndicale, analyse les comptes d’Air Mauritius pour 2018, 2019 et 2020. «Cela nous permettra aussi de voir l’impact du coronavirus sur les finances.» Et prendre, à la lumière du rapport de la firme comptable, des décisions éclairées. Le syndicaliste avance avoir fait appel à des professionnels en la matière.

Pour Jack Bizlall, la plus grande maladie de MK, c’est «son incapacité à prendre des décisions». A ce propos, le syndicaliste déplore la politique d’ouverture de l’accès aérien à trop de compagnies étrangères. «Notre aéroport est un endroit stratégique nous permettant de transporter des touristes. Ce n’est pas possible d’ouvrir notre espace aérien à quatre compagnies d’aviation. Elles font de la concurrence déloyale à MK !»

Il déplore, en outre, un conseil d’administration «téléguidé» et politisé. Jack Bizlall insiste : ni le secrétaire financier, ni le Cabinet secretary, ni les conseillers du Premier ministre ne doivent siéger sur le conseil d’administration de MK. Ils n’ont pas les compétences pour, lance-t-il. «Si MK inn tom dan enn deklin se zot mem ki responsab. Zot ki siez lor board. Comment peuvent-ils venir juger les parties, contrôleurs et exécutants ? C’est un non-sens !»

Ne pas faire des employés des bouc-émissaires

Le syndicaliste lance, par ailleurs, une mise en garde. Qu’on ne fasse pas des employés des bouc-émissaires. «Depuis 2016, nous avons demandé à MK de nous faire avoir un ‘establishment’ de ses employés, c’est-à-dire le nombre d’employés dont elle a besoin dans chaque grade. Nous avons aussi demandé le ‘linear establishment’ qu’il faut afin de gérer l’organisation à un niveau égal. Jamais, la compagnie aérienne nationale ne nous a donné ces détails.» D’ajouter qu’une task force avait été mise sur pied pour finaliser les ‘establishments’ des employés. Cependant, après plus de trois ans, «MK a été incapable de soumettre ces ‘establishments’».

En 2017, il y avait 2 200 employées. Airmate, filiale d’Air Mauritius, en a quelque 900, sans compter ceux des contracteurs. «Le nombre d’employés de MK, directement ou indirectement, doit dépasser les 3 000 à différents grades, salaires et employeurs.»

Venir dire que les employés sont en surnombre, «c’est semer la confusion et la peur dans la tête des gens». Lui, propose que des discussions soient entamés avec le board et que l’establishment des employés soit finalisé. «Kan nou pou fini kone ki kantite dimounn nou bizin dan MK, si ena anplis et kot ena anplis, li kapav pa dan MK limem. Eski bizin asenir la sitiasion lor lanplwa, li enn item lor 18 item ki nou pe propose. Fode pa pran enn item nou fer li domin tou leress», avance-t-il.

administration volontaire | Air Mauritius | Jack Bizlall



Les plus lus

Covid-19: «To merit enn kouronn», poème hommage à nos héros

«To merit enn couronn» a écrit Stelio Pierre-Louis dans un poème dédié aux combattants du coronavirus. L’art est la lang...

Tipla partaze : un millefeuille avec Akshay Seebaluck

On n’interrompt pas un artiste à l’ouvrage. Quand le peintre a posé ses couleurs, nous nous installons autour d’un caf...

La Barclays Bank passe du bleu au rouge d’Absa

La Barclays opère depuis ce lundi 10 février sous le nom d’Absa bank. De nouvelles opportunités s’offrent maintenant aux...

Mon drôle d’anniversaire en confinement

Malgré le confinement, la vie de s’arrête pas. Et en l’espace de ces trois dernières semaines, plusieurs de nos compatri...

Covid-19 – La Psychose

Peut-on suivre l'exemple hyperdiscipliné chinois pour combattre le Covid-19 ? C'est la question que se pose Alii Bhurtun...