[VIDEO] Lemond Kare: une prophétie réalisée

14 avril 2020

Les fans de The Prophecy ont été ravis dimanche soir, 12 avril, lors de la sortie du nouveau single, Lemond Kare. Ce titre symbolise notre époque et ses maux. Tout en respectant le confinement, les artistes qui font toujours bouger toute l’île Maurice sur Laglwar ou encore Natty Grandi ont travaillé sur un morceau pour nous faire prendre conscience de notre monde déformé.

Depuis le début de ce confinement, la nature reprend ses droits et la musique reprend sa place dans nos cœurs en rythmant notre vie. Le groupe acclamé The Prophecy nous livre un joli cadeau avec Lemond Kare. Murvin Clélie, alias Prophet Emifa, nous fait comprendre que «ce morceau n’a pas été enregistré en studio et que chaque membre du groupe a apporté sa pierre à l’édifice en enregistrant leurs parties avec les moyens du bord». Cette musique est un projet collectif ayant respecté la distanciation sociale, mais qui est de qualité. Ashley Munisamy, directeur d’Ichos Production Ltd et ingénieur son ayant travaillé sur ce morceau, confie que c’est tout de même un projet qui a pris beaucoup de temps. «Cela a pris deux bonnes semaines pour le finir. Je crois que j’ai mixé ce morceau près de 12 fois», révèle-t-il.

Ki pe ariv nou lemond?

Les deux s’accordent à dire que c’est avant tout un travail d’équipe. Murvin Clélie explique que du côté de The Prophecy, «chaque musicien et chanteur a envoyé son enregistrement que j’ai en suite compilé». L’avantage, dit-il, c’est que «la prise batterie avait déjà était faite avant le confinement, le reste des instruments pendant». Ainsi, si ce projet a démarré avant le Covid-19, «les paroles s’inspirent aussi de ce qu’on vit actuellement. Lemond Kare sort justement à une époque où le monde ne tourne plus rond», fait-il ressortir. Eh oui, les paroles sont claires, «pa blie ki later pa pou twa, inportan to viv e pa perdi la fwa», ce qui nous invite avant tout à réfléchir et comprendre notre existence sur cette terre. «Se enn morso lor mama later», lance le chanteur.

Les paroles profondes de ce titre renvoient à l’image d’une terre affaiblie, mais qui va reprendre ses couleurs mélodieuses au détriment de l’être humain qui lui a fait subir des atrocités. Calé sur un Ré mineur, ce reggae parle des moments que l’on vit aujourd’hui. Le chanteur du groupe The Prophecy nous sermonne sur le fait que «ce qui se passe, c’est la faute de l’homme». «Later ron. Kifer li pa tourn ron? Li pe tourn kare», martèle Prophet Emifa.

Ce single est-il une prophétie accomplie que nous partage The Prophecy ? «Get byen ban reperkisyon nou pe viv zordi» ou encore «To ou tar la natir pou reklam seki pou li» nous renvoient aux images de notre planète qui respire à nouveau quand celui-ci arrête de tourner au rythme de l’homme. «Aujourd’hui, le monde entier est à genoux et cette situation nous laisse réfléchir sur les priorités de nos vies. On court après le travail et on finit par oublier la famille ainsi que d’autres choses importantes», prêche Prophet Emifa.

Confinés, mais pas compliqué…

Comment produire un tel morceau alors qu’on est confiné ? Ashley Munisamy souligne qu’à l’annonce du confinement, il est parti récupérer quelques équipements dont il avait besoin pour continuer à produire de chez lui. Parfois, dit-il, «on n’a pas besoin de grand studio pour faire un grand travail» sans pour autant faire de compromis sur le niveau. Cependant, il concède que «le matériel est quand même costaud», en parlant des logiciels qu’il a utilisés pour faire ce travail. «Il y a tout de même certains aspects techniques qu’il a fallu couvrir par le visuel, car chez moi, je n’ai pas la même sonorisation que dans un studio», fait-il comprendre, en faisant référence au fait qu’il travaille en live et que ce n’est qu’après plus de sept ans qu’il revient au mixage studio. Il y a toute une technicité derrière pour donner ce son impeccable aux oreilles. «Il faut dire que Murvin est déjà bien calé en matière de son et il avait déjà fait un premier mixe», fait-il valoir. L’ingénieur de son avance que sa famille a aussi fait partie du projet ; d’ailleurs, on voit deux de ses filles dans la vidéo.

Pour Murvin Clelie, cette période de confinement prouve sans nul doute la valeur des artistes. Il souligne que «se sel kitsoz ki nou fer mie» et «les artistes sont là pour apporter un peu de joie et de bonheur dans ce moment de tristesse, de peine et d’angoisse». Il est vrai que les artistes sont souvent ceux qui arrivent à faire mieux passer les messages. «Bizin reget nou priorite dan lavi. To kapav ena milyon, me larzan pa met dan lasyet pou manze. Li bon to ena li, me fodre pa li o detriman de to fami. Ki zot perdi twa akoz sa.»

 

Lancement d’un atelier web sur la production sonore et l’ingénierie son

Ashley Munisamy encourage les jeunes à profiter de cette période de confinement pour entreprendre des projets artistiques et créer. En partenariat avec le Caudan Arts Centre, un atelier web sur la production sonore et l’ingénierie son a été lancé pour guider les jeunes vers la découverte de ce métier, mais aussi mieux les encadrer.

confinement | Lemond Kare | The Prophecy



Les plus lus

Hateefa Low Kom, la reine de beauté qui murmure à l’oreille des animaux

On aurait tort de ne s’arrêter qu’au joli minois d’Hateefa Low Kom. La Miss Eco International Mauritius, couronnée le sa...

[VIDEO] Eco-Warriors: l’app qui rend l’apprentissage fun

https://www.facebook.com/zordimoris/videos/296550927970688/ «Apprendre en s’amusant». Tel est la devise des créateurs d...

Coronavirus: le masque N95 plus efficace qu’un masque chirurgical

Le port du masque est plus que jamais d’actualité. Il s’agit de la seule véritable protection contre le coronavirus, sel...

Metro Express à Quatre-Bornes: tournez à droite, puis à gauche et ensuite…

Les travaux pour l’aménagement du métro express sont divisés en quatre phases afin de limiter l’impact sur les usagers d...

Zouberr Joomaye veut son propre hôpital pour cancer

Le Senior Adviser au Bureau du Premier ministre, Zouberr Joomaye compte ouvrir son propre centre hospitalier spécialisé...