The African Marquis: Gabriel Froid, 23 ans, créateur engagé

7 mars 2020

Gabriel Froid, mode, The African Marquis

Gabriel Froid (au c.) pose avec les mannequins qui portent ses créations.

Virage à 360 degrés ou presque pour Gabriel Froid. Comment un aspirant avocat en droit pénal international finit-il par devenir créateur de mode ? Par passion, tout simplement, répond le jeune homme de 23 ans. Une passion pour la mode qui l’anime depuis sa tendre enfance et qui l’a finalement mené à lancer sa propre marque, mélange parfait entre culture et couture, The African Marquis.

La voie était-elle donc toute tracée pour Gabriel Froid, classé 11e dans la filière artistique aux examens du Higher School Certificate ? «J’ai choisi d’étudier le droit et la justice criminelle à l’université de Maurice parce que mon rêve était de porter la robe noire et de défendre les personnes les moins favorisées de notre société.» L’idée ne lui était alors jamais venue d’ouvrir son entreprise.

A ce moment-là, Gabriel Froid collabore surtout avec des marques en tant que mannequin, styliste et directeur créatif. Il publie les photos sur les réseaux sociaux et celles-ci suscitent vite d’adhésion, les internautes pensant qu’il s’agit de sa propre marque. Fort des messages de soutien et d’encouragements qu’il reçoit, Gabriel Froid fait le grand saut.

Gabriel Froid, mode, The African Marquis

La marque de Gabriel Froid, «The African Marquis», révèle un engagement socio-politique derrière des créations flamboyantes.

The African Marquis révèle un engagement socio-politique derrière des créations flamboyantes. «Mon inspiration vient du manque de représentation ou tout simplement de l’interprétation erronée de la culture ancestrale dans les médias. Il y a aussi une volonté de célébrer cette culture», explique le créateur.

The Africain Marquis met également l’accent sur la durabilité. Par exemple, on peut réutiliser les mêmes vêtements mais en les portant de différentes manières. Les vêtements peuvent également être déconstruits et le matériau utilisé pour en créer de nouveaux.

En achetant un vêtement de The African Marquis, le client obtient une création personnalisée qui est adaptée à sa morphologie et à son style. L’important c’est que le client se sente à l’aise dans le vêtement qu’il porte. «En tant que directeur créatif et designer, je me concentre beaucoup sur la satisfaction des clients. C’est pour moi ce qu’il y a de plus gratifiant.»

La confection d’une création peut prendre des jours ou des mois et cela se reflète dans le prix. «Quand vous achetez un produit The Marquis Africain, vous achetez du talent, de la créativité, de l’identité et de l’effort !» lance Gabriel Froid.

Gabriel Froid, The African Marquis, mode

Le mannequin Emily Bauluck et sa fille Emaia portant les créations de Gabriel Froid.

Cette année, le jeune styliste participera à la Fashion Week organisée par le Hennessy Park Hotel. «C’est un grand plaisir et un honneur de figurer parmi les meilleurs designers locaux. Les mannequins qui ont déjà porté mes tenues sont Emily Bauluck et sa fille Emaia, Kelly Webb, Alexandrine Belle Etoile, Yaelle Tisserand, Melissa Sendeck, Ted Onno, Shameer Abdul Raman, Mevyn, Valerie Martinet et bien d’autres», dit le jeune homme. Pour Gabriel Froid, cela démontre clairement «qu’être passionné et talentueux peut nous amener à ouvrir une entreprise si nous croyons vraiment en ce que nous faisons».

Gabriel Froid | mode | The African Marquis



Les plus lus

Covid-19: «To merit enn kouronn», poème hommage à nos héros

«To merit enn couronn» a écrit Stelio Pierre-Louis dans un poème dédié aux combattants du coronavirus. L’art est la lang...

Tipla partaze : un millefeuille avec Akshay Seebaluck

On n’interrompt pas un artiste à l’ouvrage. Quand le peintre a posé ses couleurs, nous nous installons autour d’un caf...

La Barclays Bank passe du bleu au rouge d’Absa

La Barclays opère depuis ce lundi 10 février sous le nom d’Absa bank. De nouvelles opportunités s’offrent maintenant aux...

Mon drôle d’anniversaire en confinement

Malgré le confinement, la vie de s’arrête pas. Et en l’espace de ces trois dernières semaines, plusieurs de nos compatri...

Covid-19 – La Psychose

Peut-on suivre l'exemple hyperdiscipliné chinois pour combattre le Covid-19 ? C'est la question que se pose Alii Bhurtun...