Hannah Khan Juhoor: une âme bercée par la musique

9 mars 2020

Hannah Khan Juhoor, Jerry N The Resistance, musique

Hannah Khan Juhoor (en jaune) entouré des membres de Jerry N The Resistance.

Sa passion pour la musique est innée. Ses yeux brillent de tout leur éclat et sa voix à la fois ferme et douce nous incite à l’écouter, sans aucune résistance. Femme de caractère et pleine d’enthousiasme, Hannah Khan Juhoor est à la tête de Jerry N The Resistance. Elle a su insuffler un renouveau et un certain dynamisme à ce groupe qui existe depuis 20 ans maintenant. Dans la vie comme dans leur activité musicale, Hannah et Jerry sont tout simplement en osmose.

Enfant unique d’un père charbonnier et d’une mère couturière, Hannah Khan Juhoor a su tracer son chemin vers l’épanouissement. Malgré la pauvreté, elle a grandi au sein d’une famille libre et sans aucun préjugé. C’est l’une des valeurs que son père lui a léguées. Ce charbonnier a été un modèle pour elle. Un homme exemplaire, à en croire ses mots.

«Simé lalimier m’a beaucoup influencée,
surtout que je suis issue d’une famille très pauvre»

C’est lui qui a fait découvrir à la petite Hannah la vie, Kaya et le seggae. Elle raconte d’une voix tendre sa découverte de cette musique et de ce chanteur emblématique lors d’un concert à Roche-Bois auquel l’avait emmenée son père. L’influence de Kaya est toujours présente dans sa vie. «Mo’nn mazinn enn de parol, mo’nn dir : Pa! C’est qui ça? Mo papa dir mwa : Kaya… Li donn mwa enn kaset e mo’nn met sa dan mo walkman e mo’nn komans ekoute. Mo’nn dormi ek sa telma sa ti inspir mwa.»

Les études en Business Marketing et les années passées au Royaume-Uni n’ont rien effacé de son amour pour cette culture mauricienne dont elle est particulièrement fière. «Simé lalimier m’a beaucoup influencée, surtout que je suis issue d’une famille très pauvre.» Elle connaît ses racines et a les pieds sur terre.

Lors de cette rencontre, on découvre une Hannah Khan Juhoor avec des cicatrices. Elle y puise ses forces pour avancer. Elle, qui a jadis été harcelée à cause de son physique, est maintenant une femme forte et engagée dans ce qu’elle fait. Elle concède toutefois qu’elle essuie toujours des critiques, mais elle en a fait sa force. «Ce sont les critiques qui m’ont poussée à rester en tant que Managing Director de Jerry N The Resistance… Parce qu’apparemment, c’est mal vu qu’une femme dirige un groupe d’hommes et peut-être aussi à cause de ma foi. Je ne sais pas…»

Le chanteur avoue que c’est elle qui a rendu le groupe Jerry N The Resistance beaucoup plus visible depuis 2018. «Elle a pris la musique et l’a placée sur les plateformes adéquates afin que les gens nous découvrent encore plus», dit-il. En effet, depuis que Hannah Khan Juhoor est aux commandes, le groupe a pris son envol.

«Li enn dimounn fran e vreman strik,
se sa ki donn li so valer»

Ce que Jerry Rouget aime le plus chez Hannah Khan Juhoor, c’est que «li enn dimounn fran e vreman strik, se sa ki donn li so valer». Il sait toujours que cette dame de fer prend les bonne décisions. Ce sont surtout les compromis qui les font avancer malgré les hauts et les bas. Une chose est sûre, les deux arrivent à gérer leur vie de façon saine et efficace ; un véritable power couple !

Hannah Khan Juhoor est aussi une mère ; une autre facette d’elle qu’elle nous permet de découvrir. Son fils, c’est sa bénédiction et un Kri Despwar (voir encadré) pour son père. Elle est une mère comblée depuis la naissance de ce dernier. D’ailleurs, son plus grand bonheur, c’est son accouchement. Pour elle, c’est une bénédiction, car elle ne s’attendait pas à devenir maman.

Une mère poule ? Pas du tout, selon Jerry Rouget. «C’est une personne appliquée, une maman très méticuleuse et attentive, ce qui lui confère mon respect», répond le chanteur. Mais en tant que mère, Hannah Khan Juhoor ne souhaite pas que son enfant embrasse plus tard une carrière de musicien. «Si jamais il le fait comme passe-temps, je ne serai pas contre. Mais l’industrie évolue beaucoup et je ne sais pas comment cela va être plus tard.» Même en parlant de son fils, le seggae revient sur le tapis. Pour elle, pour faire cette musique, il faut des paroles qui nous aident à vivre et une mélodie qui colle à l’esprit. Elle est incontestablement une militante du seggae.

Il suffit de la voir en studio, dans l’antre de Jerry N The Resistance, pour comprendre que son âme transpire la musique. Nous avons eu la chance d’assister à une répétition du groupe avec elle, surtout sur une improvisation de Jerry Rouget. Le groove y était et la mélodie nous a suivis pendant toute la journée.

Un futur single peut-être ? L’avenir nous le dira ! Entre-temps, Hannah Khan Juhoor lance : «Si zot trouv mwa pe bouze lor la, ve dir la misik-la bon !»

Kri Despwar

«Kri Despwar» est disponible dans les bacs et sera bientôt sur les sites de téléchargement légaux. L’album comprend dix titres allant du reggae au seggae, tels que Kri Despwar, le hit Sensation l’amour, Heritz Seggae, Ensam. Le chanteur Jerry Rouget nous offre ainsi un joli morceau en anglais, Goodman. Vous pourrez aussi apprécier une version dub de Solda qui est disponible sur l’album. Ce disque nous berce les oreilles avec de tendres et belles mélodies et ses rythmes travaillés qui nous feront certainement voyager dans l’univers de Jerry N The Resistance.

Hannah Khan Juhoor | Jerry N The Resistance | Musique



Les plus lus

Gaz ménager: découvrez les nouveaux prix des différentes bonbonnes

La baisse du prix des bonbonnes de 12 kilos, 6 kilos et 5 kilos prend effet à partir de ce vendredi 5 mai. Le ministre d...

Concert : dernier passage sur Terre

Sébastien Margéot donne un ultime rendez-vous à ses fans, le samedi 12 octobre au Caudan Arts Center, pour clore la...

Trafic de drogue à Karo Calyptus: Priscilla Lisette mise hors d’état de nuire

86 doses d’héroïne et 12 semences de gandia ont été saisies au domicile de Priscilla Lisette, à Karo Kalyptus, samedi 14...

Shameer Abdul Raman n’a pas fini de déployer ses ailes

C’est à l’âge de 16 ans que Shameer Abdul Raman fait ses premiers pas dans la mode. Trente ans après, son étoile continu...

Saisie de 95 kg de cocaïne : où était la douane ?

Les douaniers avaient des instructions : les engins de chantier importés devaient être contrôlés. Deux travailleurs...