Covid-19: «Si je survis, je quitterais Maurice pour un pays où je serais soutenue»

25 mars 2020

Covid-19, artistes, secteur informel, Wage Assistance Scheme

Sa terre natale, elle l’aime. Mais Cheyen Labour-Victoire est meurtrie. «Si je survis à tout ce qui se passe en ce moment, je quitterais Maurice pour un pays où en temps de crise je serais soutenue.» Comme cette chanteuse dans le circuit hôtelier, les artistes et ceux qui travaillent dans le domaine culturel, ne cachent pas leur angoisse. Ils font partie du secteur informel, et donc exclus du Wage Assistance Scheme.

Toutefois, face à la presse, ce mercredi 25 mars, le ministre des Finances, Renganaden Padayachy, a indiqué qu’un COVID-19 Solidarity Fund sera mis sur pied pour venir en aide aux gens dans le besoin. En feront-ils partie ? C’est le flou à ce stade.

Comme nous l’avions annoncé dans un précédent article, les artistes mauriciens, regroupés au sein du Kolektif Artis Morisyen (KAM), ont envoyé une lettre au ministre des Finances, ainsi qu’à ceux des Arts et du patrimoine culturel et du Travail. Correspondance qui est demeurée lettre morte à ce jour. Trois mesures y ont été proposées pour faciliter la vie des travailleurs artistiques et culturels. En premier lieu, un moratoire sur les prêts bancaires, un Welfare Programme exceptionnel et un soutien de la Mauritius Society of Authors (MASA) durant la pandémie. «Les solutions proposées sont exceptionnelles car nous vivons actuellement une période exceptionnelle.  Nous ne demandons pas l’aumône, juste de l’aide le temps que cette situation chaotique se tasse», souligne Stephan Rezannah, le porte-parole du KAM.

«Nou pa pe menas personn.
Nou pe zis demann enn led…
»

Or, c’est silence radio à ce jour. Les artistes et tous ceux qui travaillent dans ce domaine sont remontés et angoissés. Et inondent les réseaux sociaux de commentaires. Leurs questions demeurent sans réponse jusqu’ici. «Le ministre a avancé que le gouvernement ne connaît pas le chiffres exacts des personnes se trouvant dans le secteur informel. Je le comprends et je suis d’accord avec ses dires. Cependant, pourquoi ne s’adresse-t-il pas à ceux qui y sont issus pour obtenir ces chiffres ?» souligne Stephane Rezannah.

Les artistes mettent en avant la Copyright Act. «Si le gouvernement avait amendé la Copyright Act, les choses seraient plus simples aujourd’hui. Nous aurions droit à une compensation au même titre que les autres secteurs», fait remarquer le porte-parole du KAM. «Nou pa pe menas personn. Nou pe zis demann enn led pou afront sa sitiasyon difisil-la», insiste Stephan Rezannah.

Nous avons sollicité le ministère des Finances pour connaître les mesures qui seront prises à l’encontre des artistes. En vain.

artistes | covid-19 | Wage Assistance Scheme



Les plus lus

Saisie de 95 kg de cocaïne : où était la douane ?

Les douaniers avaient des instructions : les engins de chantier importés devaient être contrôlés. Deux travailleurs...

Covid-19: «To merit enn kouronn», poème hommage à nos héros

«To merit enn couronn» a écrit Stelio Pierre-Louis dans un poème dédié aux combattants du coronavirus. L’art est la lang...

Tipla partaze : un millefeuille avec Akshay Seebaluck

On n’interrompt pas un artiste à l’ouvrage. Quand le peintre a posé ses couleurs, nous nous installons autour d’un caf...

Covid-19 – La Psychose

Peut-on suivre l'exemple hyperdiscipliné chinois pour combattre le Covid-19 ? C'est la question que se pose Alii Bhurtun...

Casernes centrales: première lettre de transfert signée Khemraj Servansing

A peine installé, le nouveau commissaire de police a signé ses premiers transferts. Parmi ceux-ci, Anil Kumar Dip qui su...