[Covid-19]: Artistes d’hôtel: «Nou pa dimounn nou? Nou pena fami pou nouri?»

22 avril 2020

Covid-19, confinement, artistes, hôtels, aide financière

Steve Ric, chanteur et saxophoniste à lhôtel confie quil na pas perçu son salaire de mars.

«Cela fait 18 ans depuis que je vis de ma musique. Aujourd’hui, après toutes ces années de dur labeur, je me retrouve sans un sou en poche…» La déception, le découragement et la colère animent Steve Ric, chanteur et saxophoniste dans le secteur hôtelier. La situation des artistes d’hôtel était déjà précaire ; elle l’est aujourd’hui davantage, en raison de l’impact du Covid-19 sur le secteur hôtelier. Et là où le bât blesse, c’est qu’ils ne perçoivent aucune aide, ni même de la Mauritius Society of Authors (MASA), si ce n’est les Rs 2 550 que donne le gouvernement sous le Self-Employed Assistance Scheme. Une lettre ouverte a été adressée au ministre des Arts et du patrimoine culturel, concernant cette situation.

Steve Ric fait partie de ceux qui n’ont pas encore reçu leur salaire de mars. A cause du Covid-19, dit-il, les hôtels ne sont pas en mesure de payer. «Ils ont fait comprendre que nous aurons notre argent après le confinement. Sauf que entre-temps comment fait-on pour vivre ? Ils n’ont aucun respect pour notre art ! s’indigne l’artiste. J’ai l’impression que les artistes sont perçus comme des parias dans la société.»

Pas dactivité dans les hôtels = pas d’artistes

Cheyen Labour Victoire est du même avis. Cette chanteuse n’est pas membre de la MASA et n’a donc pas droit aux redevances. Elle n’a également pas reçue l’aide sociale du gouvernement bien qu’elle se soit inscrite. La raison ? Elle l’ignore. «Comment allons-nous vivre ? Nous sommes des humains avec une famille à nourrir», fait ressortir cette mère de famille. L’avenir s’annonce sombre pour les artistes, surtout pour ceux qui travaillent dans les hôtels.

Harel Dieudonné confie qu’il est tellement déçu qu’il songe à changer de métier. «J’ai toujours voulu être chorégraphe. J’ai réalisé mon rêve mais là, je suis dépassé. Je vis de mes économies et je me demande jusqu’à quand je pourrais tenir», déclare l’habitant de Sébastopol. Il dit comprendre parfaitement la situation et que Maurice, comme les autres pays du monde entier, passe par une crise économique. Il fait toutefois valoir que c’est le secteur artistique qui est le plus touché. «Si on enlève le confinement, les autres secteurs pourront reprendre leurs activités alors que les travailleurs de l’art seront toujours sans travail. Soyons francs, les hôtels ne vont pas se remplir tout de suite. Et sans client pas d’activité et pas d’activité pas d’artistes», analyse Harel Dieudonné.

Un problème qui ne date pas de hier

Les problèmes des artistes d’hôtels ne sont pas nouveaux. Depuis quelques années, la situation ne cesse de se dégrader, font-ils remarquer. Des appels à l’aide on été lancés. En vain, jusqu’ici. Et depuis que la pandémie Covid-19 a gagné le monde, le problème a empiré.

Covid-19, confinement, artistes d’hôtel, aide financière

Joëlle Coret a écrit une lettre ouverte au ministre des Arts et du patrimoine culturel, Avinash Teeluck.

Dépassée par la situation, Joëlle Coret a écrit une lettre ouverte au ministre des Arts et du patrimoine culturel, Avinash Teeluck, pour énumérer les problèmes et d’éventuelles solutions. «J’ai pris l’initiative d’écrire au nom des artistes hôteliers, surtout après avoir pris connaissance de l’interview du CEO de Beachcomber et celle du ministre des Arts, qui n’ont rien mentionné pour les artistes du secteur hôtelier. Ce secteur ne cesse de se dégrader», souligne-t-elle. La chanteuse rappelle que certaines compagnies, comme Connection (Clifford Sardes) ou Musipro (Allan Marimootoo), avaient, à une certaine époque, mis en place une structure, «qui n’était pas parfaite certes, mais au moins les artistes percevaient un salaire chaque fin de mois, le boni de fin l’année et avaient même une assurance personnelle. Mais cela n’existe plus». Joëlle Coret insiste : «Il est temps de voir l’artiste comme un travailleur légal avec des droits comme tous les autres.»

Un groupe a été créé sur Zoom et WhatsApp pour la mobilisation des artistes d’hôtel. Focus On Artist est une plateforme où les artistes se sont joints à Joëlle Coret pour un E-debate Live. Un Steering Committee de sept personnes a même vu le jour dans l’optique de faire avancer les choses. Aujourd’hui, Focus on Artist compte une centaine de membres qui se sont mobilisés pour défendre les intérêts des artistes du secteur touristique.

Rs 2 550 : qu’en pensent les artistes ?

«Ki pou fer ar sa ?» lance Véronique Raymond, interrogée sur l’aide de Rs 2 550 que propose le gouvernement sous le Self-Employed Assistance Scheme. «Soyons francs, nous n’avons pas de pouvoir d’achat, comment allons-nous vivre avec ce montant ?» soutient-elle.

Au dire de Roshan Bolga, le gouvernement devrait revoir sa stratégie. Pourquoi ne pas offrir la totalité du salaire minimum ?  «Ki pou gagne ar sa Rs 2 550 la ? Eski ou panse kapav manze bwar pey delo lalimier ek lakaz ar sa kas-la ?» lâche le DJ.

Le guitariste Didier Pierrot parle, lui, d’un manque de considération de l’Etat envers une partie du peuple. «Kouma li pe kapav pey sekter formel ziska Rs 25 000 ? Bann sekter informel, ki arive, nou pa dimounn nou ? Nou pena fami pou nouri ?»

aide financière | artistes d'hôtel | confinement | covid-19



Les plus lus

Saisie de 95 kg de cocaïne : où était la douane ?

Les douaniers avaient des instructions : les engins de chantier importés devaient être contrôlés. Deux travailleurs...

Covid-19: «To merit enn kouronn», poème hommage à nos héros

«To merit enn couronn» a écrit Stelio Pierre-Louis dans un poème dédié aux combattants du coronavirus. L’art est la lang...

Tipla partaze : un millefeuille avec Akshay Seebaluck

On n’interrompt pas un artiste à l’ouvrage. Quand le peintre a posé ses couleurs, nous nous installons autour d’un caf...

Covid-19 – La Psychose

Peut-on suivre l'exemple hyperdiscipliné chinois pour combattre le Covid-19 ? C'est la question que se pose Alii Bhurtun...

Casernes centrales: première lettre de transfert signée Khemraj Servansing

A peine installé, le nouveau commissaire de police a signé ses premiers transferts. Parmi ceux-ci, Anil Kumar Dip qui su...