Cédric Vincent: quand le BDSM rencontre la mode

14 mars 2020

mode, Cédric Vincent, accessoires, Call Him Dude

Cédric Vincent a, entre autres, participé à une soirée spéciale sur le thème Mad Max.

Il a la voix chaude et le rire éclatant. Dans le monde de la mode à Maurice, Cédric Vincent vient bousculer les codes. Notamment en s’inspirant de la scène BDSM (Bondage / Discipline / Dominance / Soumission / Sadisme / Masochisme, couvrant un large éventail de goûts et d’activités, avec des variations infinies), et d’autres thèmes insolites. A 32 ans, cet entrepreneur et créateur d’accessoires a su s’imposer avec style.

Fondateur de la marque Call Him Dude (CHD), Cédric Vincent veut montrer qu’il ne faut pas avoir peur d’explorer de nouvelles thématiques ou encore avoir une conception étriquée du glamour. «Nous sommes un pays émergent et il est donc important pour nous, artistes, d’être représentés sur les divers réseaux sociaux, pour montrer à quel point les Mauriciens sont créatifs.»

Des «mimi» accessoirisés

Et de la créativité, ce jeune trentenaire en a en revendre. Traffic Manager pour une société française basée à Aix-en-Provence et Paris le jour, il s’adonne à sa passion pour la création d’accessoires la nuit et le week-end. C’est un peu par hasard que Cédric Vincent, qui évoluait initialement dans le monde de la mode en tant que blogueur et coiffeur, se découvre cette passion. Un beau jour, raconte-t-il, il a proposé à un ami qui devait participer à une fête sur le thème des Mille et une nuits, de créer son costume. «Mo kapav fer sa !» lui avait-il lancé à l’époque, même s’il ne savait pas s’il le pouvait vraiment. Coup d’essai, coup de maître.

L’envie lui vient alors de créer quelque chose de spécial. Son choix se porte, dans un premier temps, sur les noeuds papillon, les «mimi» comme on dit à Maurice, qu’il accessoirise. Notamment en les agrémentant de perles, de gears et de spike studs. Le succès est a rendez-vous. De bouche à l’oreille, Cédric Vincent commence à se faire un nom. Ses services ne tardent pas à être sollicités par des gens connus du milieu de la mode. Ces derniers ne s’y trompent pas ; en Cédric Vincent, ils ont décelé une pépite.

Marchés australien et européen

Le succès est tel que le jeune homme finit par lancer sa propre marque, CHD. «Je peux concevoir presque tout dépendant des besoins du client, nœud papillon, couronne, pièces de tête, ailes et je travaille actuellement sur un ensemble de vêtements.» Il se concentre surtout sur les marchés australien et européen. Son choix de commercialiser ses créations lui rapporte un succès immédiat ; Cédric Vincent est sollicité pour sponsoriser une agence de mannequins.

«Jusqu’à présent, ma plus grande réussite est sans aucun doute les deux défilés de mode que j’ai faits.» Il s’agit de sa participation à la Hennessy Fashion Week 2019 et une soirée spéciale sous le thème Mad Max. Parlant de sa participation à la toute première édition de cette Fashion Week, l’année dernière, le créateur se dit «à la fois béni et surpris. Un tel événement a marqué un moment heureux dans ma vie». Cela a été le moment, souligne Cédric Vincent, où son «travail a enfin été reconnu». Il n’aurait, en effet, pu rêver de meilleur occasion de faire un défilé, «parmi la crème de la mode à Maurice et des autres designers d’Afrique».

Quelque temps après la Fashion Week, Cédric Vincent est à nouveau sollicité pour une soirée spéciale sous le thème Mad Max. Cela est venu prouver, souligne-t-il, que sa participation à la Hennessy Fashion Week n’était pas une question de chance, mais bien parce qu’il est talentueux en tant que designer, créateur et concepteur. Le faux cuir et le faux latex font d’ailleurs partie de ses matériaux de prédilection. Cédric Vincent explique qu’il aime le côté tranchant et sexy qu’il apporte immédiatement au produit. «Le principal défi est que je ne peux pas trouver tout mon matériel de base à Maurice.»

Amener Maurice à un niveau supérieur

Il n’y a que deux magasins à Port-Louis où il peux trouver la plupart de ses tissus, indique le créateur. Mais comme il travaille pendant toute la semaine, c’est un peu compliqué pour lui de s’y rendre. Il doit donc importer à l’avance la plupart de son matériel. Cela prend un mois, parfois plus. Pour surmonter les difficultés, il est important d’être organisé. Cédric Vincent révèle qu’il planifie son travail personnel un an à l’avance afin d’avoir tout le loisir d’acheter ce dont il a besoin à l’étranger ou simplement quand il trouve au hasard quelque chose qu’il aime.

Du temps pour voyager, Cédric Vincent en cherche. «Il m’a parfois manqué de voyager à un rythme régulier, puisque je suis toujours en train de réaliser un projet, de faire des photos, des spectacles et d’aider mes amis. Pour moi, il est très important d’aider les autres afin que nous puissions tous ensemble amener l’île Maurice à un niveau supérieur.»

«Les Mauriciens sont de plus en plus ouverts»

Que pensez-vous de notre industrie de la mode mauricienne ?  Qu’est-ce qui a évolué dans l’industrie de la mode mauricienne ?

L’île Maurice est sur la bonne voie depuis 10 à 15 ans déjà. Nous avons ici de nombreux designers talentueux qui ont ouvert la voie à des nouveaux comme moi. Il y a aussi des entreprises privées qui soutiennent notre travail en nous finançant et en nous donnant l’occasion de montrer notre talent et notre plein potentiel. Les Mauriciens sont de plus en plus ouverts, c’est pourquoi il est plus facile pour moi, en tant que designer, de fabriquer des produits sexy. Je peux dire sans risque que j’ai trouvé mes clients.

Quel est votre mantra secret ?

C’est en fait le mantra de ma grand-mère : «pousse vers le large» – n’ayez pas peur de bouger et de faire quelque chose de nouveau pour autant que vos intentions soient bonnes. Et si vous avez quelque chose en tête, faites-le. Parfois vous ne savez pas ce que vous pouvez faire. Si vous ne le faites pas et en cas de doute, vous pouvez demander à Call Him Dude !

accessoires | Call Him Dude | Cédric Vincent | mode



Les plus lus

Culturisme : Giovanni Bru serait devenu papa dans deux semaines

Triste nouvelle pour le culturisme mauricien. Giovanni Bru, Champion du monde juniors de bodybuilding 2007 est décéd...

Achats en ligne: les colis ne trouvent plus leur chemin vers Maurice

Avec la propagation du nouveau coronavirus, les produits à bas prix achetés sur des sites en ligne, chinois pour la plup...

[Confinement] Livraison à domicile: ces petits commerçants à la peine

Le créneau de la livraison à domicile connaît un véritable essor depuis le confinement. Le hic, c’est que tous les comme...

Abus sexuels: pourquoi des enfants se transforment en agresseurs

Attouchements, viols et autres sévices, autant de cas d’abus sexuels dont les auteurs sont des mineurs de moins de 13 an...

Special Response Group: ces femmes au front

Le Special Response Group de la SSU compte une vingtaine de policières. Ces femmes sont en première ligne pour affronter...