Blakkayo: le solda koltar devenu témoin de la vie

8 juin 2020

Blakkayo, Soz Serye

Il avait initialement prévu de ne plus sortir d’album. De passer le relais à la jeune génération. Malgré sa cote de popularité qui dépasse tous les clivages sociaux, Blakkayo sait qu’il n’est pas éternel. Mais l’insistance de ses fans l’a finalement convaincu de reprendre le chemin du studio pour enregistrer son quatrième album solo.

Le dernier opus de Blakkayo remonte à 2009. S’il continue de surfer sur le succès de cet album avec les titres tels que «Ti Man» et «Confians», ses fans veulent toujours et encore de l’inédit. «Kot mo ale bann fans dir mwa avoy ankor enn (NdlR : nouvel album). Je ne suis plus le même Blakkayo qu’avant. Mais j’adore faire de la musique. J’ai, lors de ces dernières années, passé beaucoup de temps avec les jeunes car je veux passer le relais mais je sais que j’ai encore beaucoup de fans», soutient-il.

Pour la sortie de ce double-album de 20 titres, qu’il a décidé de baptiser «Soz Serye», l’artiste dit pour la toute première fois sentir la pression. En effet, si la sortie de l’album a été planifiée pour septembre, les fans peuvent depuis la semaine dernière commander l’album en pré-vente pour Rs 500. Pour ce faire, il suffit de prendre contact avec Blakkayo sur sa page Facebook officielle ou Stephan Rezannah sur l’adresse mail suivante : jorezbox@gmail.com. «L’album n’est pas encore sorti et nous avons déjà reçu plusieurs commandes. Cela me met une pression car je sais que je n’ai pas droit à l’erreur», dit-il. Raison pour laquelle il a profité du confinement pour peaufiner ses compositions.

Si la couleur musicale de Blakkayo est restée la même en 20 ans de carrière, l’artiste a le mérite de proposer un souffle nouveau sur ses différents albums. Tant sur le plan musical qu’au niveau des textes. Les deux premiers albums, «Tcheck To Life» et «Exterminator» ont surtout exposé sa rage devant les fléaux qui pèsent dans les ghettos. Tandis que l’album «Love N Respect», sorti en 2009, a révélé une tout autre facette de Blakkayo. «Sur cet album, je me suis beaucoup assagi. Mes textes ont surtout traité de la courtoisie, du respect, de l’amour et de l’importance du respect», fait-il part.

L’album «Soz Serye» devrait garder le même cap, avec un accent plus familial. «J’ai perdu ma mère et mon père presque en même temps. Un gros manque dans ma vie. Je pouvais compter sur eux dans ma vie au quotidien et ce n’est aujourd’hui plus pareil. Je réalise de plus en plus l’importance des valeurs familiales, qui sont en fait la base de tout», affirme-t-il. Un paradoxe lorsqu’on sait que Blakkayo, issu de l’école des Otentikk Street Brothers (OSB), s’est fait le porte-voix du «koltar», qu’il a souvent décrit comme une école de la vie.

«Je ne peux renier tout ce que m’a appris la rue, surtout comme artiste. Mais je ne peux non plus renier le fait qu’il y existe aussi des pièges. Aujourd’hui étant moi-même parent, je me fais un devoir d’enseigner cela à mes enfants. J’ai eu mes propres expériences du ‘koltar’, il y a de bonnes et de mauvaises choses. J’invite les parents à en parler à leurs enfants en fonction de ce qu’ils ont vécu», ajoute-t-il.

L’album «Soz Serye» promet ainsi d’être un retour aux fondamentaux. «A travers cet album, je parle bien entendu aux jeunes sur lesquels je fonde beaucoup d’espoir. Mais il m’est aussi important de m’adresser aux parents. Je veux leur faire comprendre l’importance de communiquer avec leurs enfants. Il faut certes être sévère mais il faut aussi être ouvert. Fode pa zot zanfan per.»

La préparation de l’album a été confiée à Helvis Heroseau pour la direction musicale, Jean-Alain Roussel pour la réalisation, Emilien Jubeau comme directeur artistique, alors que la production est signée Blakkayo et Jorez Box. Pour ce quatrième album solo, Blakkayo fait confiance aux musiciens qui l’ont accompagné sur ses précédents albums, tels que Otentikk Groove, mais aussi Jason Heerah. S’il refuse pour l’heure de donner trop de détails sur les featurings qui composeront l’album, il soutient toutefois qu’on retrouvera ses fidèles soldats des OSB, de Kaz Bad. «Il y aura aussi des artistes internationaux. Mais je préfère attendre avant de révéler leur identité. Attendons que tout soit signé.»

Blakkayo | Soz Serye



Les plus lus

Culturisme : Giovanni Bru serait devenu papa dans deux semaines

Triste nouvelle pour le culturisme mauricien. Giovanni Bru, Champion du monde juniors de bodybuilding 2007 est décéd...

Achats en ligne: les colis ne trouvent plus leur chemin vers Maurice

Avec la propagation du nouveau coronavirus, les produits à bas prix achetés sur des sites en ligne, chinois pour la plup...

[Confinement] Livraison à domicile: ces petits commerçants à la peine

Le créneau de la livraison à domicile connaît un véritable essor depuis le confinement. Le hic, c’est que tous les comme...

Abus sexuels: pourquoi des enfants se transforment en agresseurs

Attouchements, viols et autres sévices, autant de cas d’abus sexuels dont les auteurs sont des mineurs de moins de 13 an...

Special Response Group: ces femmes au front

Le Special Response Group de la SSU compte une vingtaine de policières. Ces femmes sont en première ligne pour affronter...